Navigation – Plan du site

Portrait d’une interprète : le personnage de Mathilde dans Je l’aimais d’Anna Gavalda

Géraldine Chantegrel
p. 87-88

Texte intégral

  • 1 Anna Gavalda, Je l’aimais, éd. Le Dilettante, 2002, 224 p.

1Mathilde est, en filigrane, l’un des personnages centraux du roman Je l’aimais d’Anna Gavalda1. Le fils de Pierre vient de quitter Chloé pour une autre. Souhaitant leur offrir une pause, Pierre emmène sa belle-fille et ses deux petites-filles passer quelques jours dans sa maison de campagne. Au fil des discussions, il finit par confesser à Chloé qu’il n’a, lui, jamais eu le courage de quitter sa femme pour celle qu’il aimait, Mathilde.

2À l’époque, Mathilde est interprète et vit à Hong Kong. C’est dans ce cadre que se produit leur rencontre, au cours d’une scène où Anna Gavalda décrit, à travers le regard de Pierre, le rôle et l’importance de l’interprète :

– Elle était ma traductrice. […]
– Mais vous parlez anglais, vous ?
– Pas bien. Pas assez bien pour traiter ce genre d’affaires, tout cela est tellement subtil. À ce niveau-là, ce n’est plus du langage, c’est de la prestidigitation. Un sous-entendu t’échappe et tu perds vite les pédales.

3Professionnel aguerri, Pierre est conscient qu’il a besoin d’une intermédiaire pour traiter avec les Chinois ; quelqu’un qui connaisse la terminologie technique, mais aussi les codes. Et il est ébloui par les performances de Mathilde :

Je parlais, elle traduisait. J’étais fasciné parce qu’elle commençait ses phrases avant que j’aie terminé les miennes. Je ne sais pas comment elle réussissait ce tour de force. Elle écoutait et répétait presque tout en même temps. […] C’était fascinant…
Ses connaissances techniques, scientifiques et sidérurgiques me laissaient pantois.

4Mais voilà, nous apprenons quelques lignes plus loin qu’elle n’a en fait « aucun mérite : son père et ses deux frères travaillaient pour la compagnie Shell. Elle connaissait tout ce jargon par cœur. » Notre brillante interprète est soudain replacée dans son rôle de femme, fille et sœur, qui doit ses compétences aux hommes de sa famille et non à ses études, par exemple.

5Malgré cette incartade « machiste », tel que Pierre se définit lui-même, c’est une femme moderne, libre et indépendante que nous dépeint Anna Gavalda. Elle n’a pas d’attaches, ne « possèd[e] rien » et est toujours « quelque part sur cette planète », « sautillant d’un continent à l’autre ». Son métier semble lui offrir un mode de vie facile et lui assurer l’aisance financière nécessaire pour agir à son gré. C’est cette liberté, cette façon d’habiter le monde et d’être partout chez elle qui séduit Pierre, lui dont « toute [l]a vie tenait entre deux arrondissements de Paris et une petite maison à la campagne ».

6Toutefois, on découvre plus tard que cette légèreté et ce détachement ne sont en partie que façade, et l’histoire de Pierre et Mathilde se perd au fil de leurs rencontres impromptues aux quatre coins du monde. D’un rendez-vous à l’autre, Mathilde « travaillait. Elle avait trouvé une place à l’UNESCO et l’avait quittée peu de temps après. […] Et quand elle en avait assez des décalages horaires, elle restait à Londres et traduisait des notices techniques. » Cette vie sans liens apparents créée par Mathilde pour ne pas avoir à souffrir finit par la rattraper. Sachant depuis le début que Pierre ne s’engagera pas plus, c’est elle qui décide de mettre un terme à une situation qui n’a, en réalité, pas de sens. Paralysé dans son immobilisme qui fait cruellement contraste avec la vitalité de Mathilde, Pierre ne fait rien pour la retenir. Il le regrettera toute sa vie.

7Si de nombreux ouvrages de fiction mettent en scène des personnages de traducteurs et surtout d’interprètes, c’est manifestement parce qu’on leur prête une vie des plus romanesques. Leur indépendance est souvent mise en exergue, et le personnage de Mathilde ne manque pas de réunir quelques clichés du genre. Ainsi, elle semble passer d’une mission à l’autre, entrer à l’ONU ou sauter dans un avion d’un simple claquement de doigts. Sa personnalité tout entière est à l’image de sa profession, ces deux facettes indissociables s’influençant mutuellement. Anna Gavalda parvient cependant à aller au-delà pour créer un personnage sensible et plus nuancé qu’il n’y paraît.

8Zabou Breitman a porté ce roman à l’écran en 2009, dans une adaptation relativement fidèle où Marie-Josée Croze joue le rôle de Mathilde. Le métier de traductrice n’est d’ailleurs pas étranger à Anna Gavalda puisqu’elle a publié en 2011 une traduction du roman Stoner de John Williams aux éditions Le Dilettante.

Haut de page

Notes

1 Anna Gavalda, Je l’aimais, éd. Le Dilettante, 2002, 224 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Chantegrel, « Portrait d’une interprète : le personnage de Mathilde dans Je l’aimais d’Anna Gavalda », Traduire, 226 | 2012, 87-88.

Référence électronique

Géraldine Chantegrel, « Portrait d’une interprète : le personnage de Mathilde dans Je l’aimais d’Anna Gavalda », Traduire [En ligne], 226 | 2012, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://traduire.revues.org/158 ; DOI : 10.4000/traduire.158

Haut de page

Auteur

Géraldine Chantegrel

geraldine.chantegrel@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org