Navigation – Plan du site

Emprunts du français et de l’allemand au latin. Vrais et faux amis

Michel Corbellari
p. 121-128

Texte intégral

L’étude comparée des latinismes en français et en allemand nous amène à distinguer plusieurs cas :

1. Mots ou expressions qui existent dans les deux langues et ont le même sens

1Ils sont nombreux.

das Alter Ego

l’alter ego

der Cannabis

le cannabis

der Deus ex machina

le deus ex machina

das Exvoto

l’ex-voto

das Imprimatur

l’imprimatur

der Index

l’index (également : l’indice)

der Malus

le malus

die Mater dolorosa

la mater dolorosa

der Modus Operandi

le modus operandi (également : le mode opératoire)

die Parabellum

le parabellum

die Persona non grata

la persona non grata

das Plenum

le plénum

das Postskriptum

le post-scriptum

der Tonus

le tonus

die Vox Populi

la vox populi

ad usum Delphini

ad usum delphini

2ad infinitum, ad libitum, ad nauseam, bis!, ergo, ex abrupto, in extenso, in medias res, in situ, ipso facto, mutatis mutandis, nolens volens, post mortem, sic, via, etc.

3Remarques

1. die Libido/la libido est un mot créé par Freud à partir du latin libido, le désir.

2. Si l’on trouve ibidem dans les deux langues, les abréviations sont différentes : ib. ou ibd. en allemand, ibid. en français.

3. Der/das Rebus vient bien du latin, mais par l’intermédiaire du français.

4. Certains « latinismes » sont des créations récentes : die Pax Americana/la pax americana, der Homo oeconomicus/l’homo oeconomicus.

5. Notons la différence entre der Status quo et le statu quo, das Nonplusultra et le nec plus ultra, der Infarkt et l’infarctus, das Quidproquo et le quiproquo. (N.B. Au sens français de quiproquo, l’allemand Quidproquo est vieilli).

6. Versus s’abrège vs. (avec point) en allemand et vs (sans point) en français.

7. A die Korrigenda correspond les errata, à l’allemand stante pede, le français illico (fam.), à l’allemand per pedes le français pedibus (fam.) ; quant à pedibus cum jambis (fam.) il est évidemment réservé au français.

8. Die Villa/la villa vient du latin par l’intermédiaire de l’italien.

9. Der Sponsor/le sponsor, das Tandem/le tandem, versus viennent du latin par l’intermédiaire de l’anglais.

10. Le parabellum vient du latin (si vis pacem, para bellum) par l’intermédiaire de l’allemand.

11. Le bis se dit das Dacapo.

12. Extra muros et intra muros s’écrivent sans trait d’union en allemand et avec trait d’union en français : extra-muros, intra-muros.

2. Mots dont la forme française a été « francisée », voire « traduite »

4Ils sont très nombreux.

der Advocatus Diaboli

l’avocat du diable

das Bestiarium

le bestiaire

der Circulus vitiosus

le cercle vicieux

die Conditio humana

la condition humaine

das Corpus delicti

le corps du délit

das Evangelium

l’Évangile

der Exodus

l’exode

das Fluidum

le fluide

der Genius Loci

le génie du lieu

der Homunkulus

l’homoncule

der Horror Vacui

l’horreur du vide

die Hepatitis

l’hépatite

das Imperium

l’empire

das Kriterium

le critère (en sport : le critérium)

das Neolithikum

le néolithique

der Nuntius

le nonce

die Plebs

la plèbe

das Säkulum

le siècle

der Sympathikus

le sympathique

die Tabula rasa

la table rase

die Unio mystica

l’union mystique

der Zirkus

le cirque

probat

éprouvé

in flagranti

en flagrant délit

in natura

en nature (également : en vrai)

in toto

en totalité (également : complètement, au complet)

manu propria

de mes / tes / ses… propres mains

per definitionem

par définition

per se

en soi, de soi

pro memoria

pour mémoire

quod erat demonstrandum

c.q.f.d. ( = ce qu’il fallait démontrer)

realiter

réellement

sub specie aeternitatis

face à l’éternité

5Remarques

1. Certains mots allemands sont des créations récentes (faux latinismes) : das Faszinosum (la chose fascinante), das Kuriosum (la curiosité, la chose curieuse, le fait curieux), die Zellulitis / Cellulitis (la cellulite), der Studiosus (l’étudiant).

2. Dans la condition sine qua non, seul le nom a été francisé.

3. À der Emeritus correspond le professeur émérite.

4. Certains noms ont en allemand également d’autres sens que celui qu’ils ont en français : der Korpus signifie non seulement le corpus, mais le corps (d’un meuble, d’un instrument de musique), le Christ en croix.

5. À die Majestas correspondent le Christ en majesté, la Vierge en majesté.

6. À l’expression ad interim, employée essentiellement en Suisse alémanique, correspond le français par intérim.

3. Mots ou expressions ayant des sens ou des emplois différents dans les deux langues (faux amis)

der Abusus (l’abus)

l’abusus (droit de vendre, de transformer ou de détruire le bien dont on est propriétaire)

das Curriculum (le programme [d’enseignement])

le curriculum (vitae) (der Lebenslauf)

der Kurator (l’administrateur, le commissaire [d’exposition], le conseiller [université]

le curateur (der Vormund, der Betreuer)

der Kursus (le cours)

le cursus (der Studiengang ; die Laufbahn)

das Pensum (la tâche ; le programme, les contenus d’enseignement)

le pensum (die Strafarbeit, die Pflichtarbeit)

die Ratio (la raison)

le ratio (das Verhältnis)

der Usus (la coutume)

l’usus (das Benutzungsrecht)

der Terminus (le terme technique)

le terminus (die Endstation)

das Votum (la voix, la décision, la prise de position ; (CH) l’intervention – dans un parlement, une assemblée)

le vote (die Abstimmung; die Verabschiedung, die Bewilligung; die Wahl)

post partum (après l’accouchement)

le post-partum (die Zeit nach der Entbindung)

ein gewisser Quidam (veraltet)

un quidam

ad hoc (Adv. dans ce cas précis ; immédiatement, spontanément

ad hoc (Adj. passend)

ex aequo (de la même manière)

ex aequo (gleichstehend)

in extremis (à l’agonie)

in extremis (in letzter Minute)

in petto haben (avoir en réserve)

in petto (insgeheim, im Stillen)

notabene (il faut le souligner)

le nota bene (die Anmerkung)

4. Mots latins en allemand et mots tout à fait différents en français (faux amis)

die Crux/Krux

le problème, le hic (fam.)

der Exitus

la mort

die Fama

la réputation

die Fata Morgana

le mirage, l’apparition, la vision

der Kustos

le conser vateur

die Laudatio

l’éloge, le discours (à la louange de)

der Lokus (ugs.)

le petit coin (fam.)

das Omen

le présage

der Ordinarius

le professeur (titulaire)

der Orkus

les Enfers

das Plazet

l’accord, l’assentiment

die Suada

le flot de paroles, la grandiloquence, la volubilité

das Suspensorium

la coquille (boxe et autres sports de combat)

der Turnus

le roulement

die Ultima Ratio

le dernier recours (l’ultima ratio = das letzte Argument)

die Vita

la biographie

ad absurdum führen

prouver l’absurdité de

ad acta legen

classer

anno (+ Datum)

en (+ date)

Anno Domini (+ Datum)

en l’an de grâce (+ date)

coram publico

en public

ceteris paribus

toutes proportions gardées

cui bono ?

à qui cela profite-t-il ?

circa/zirka

environ

cum grano salis

toutes proportions gardées

eo ipso

naturellement, de soi-même

horribile dictu

c’est terrible de devoir dire cela

idealiter

dans le meilleur des cas

in corpore

au complet (cf. remarque 2)

in dubio pro reo

le doute profite à l’accusé

in nuce

brièvement, essentiellement

in puncto…

en ce qui concerne…

in spe

futur (adjectif antéposé)

in statu nascendi

au stade embryonnaire

in summa

en tout

in praxi

en réalité, effectivement

etwas intus haben (ugs.)

avoir descendu ( = bu) qqch. (fam.)

nomen est omen

il/elle porte un nom prédestiné

post festum

après coup

postnumerando

après coup, à terme échu

praenumerando

d’avance, par anticipation

prima facie

à première vue

privatim

en privé, confidentiellement

qua

à travers, au moyen de, selon

sine tempore

ponctuellement

sit venia verbo

qu’on me pardonne l’expression

summa cum laude

avec mention très honorable

summa summarum

en tout, tout compris

etc.

6Remarques

1. Quelques faux latinismes relèvent du langage estudiantin : der Luftikus (l’individu insouciant, superficiel), der Pfiffikus (le petit malin, le débrouillard), der Fidibus (petite torche de papier plié servant notamment à allumer une pipe).

2. En français, in corpore est un helvétisme : le gouvernement in corpore.

5. Mots latins en français et mots tout différents en allemand (faux amis)

le distinguo

die Unterscheidung

le lupanar

das Freudenhaus

le mea culpa ; faire son mea culpa

das Schuldbekenntnis; sich schuldig bekennen

le médius

der Mittelfinger

le minus (habens)

die Niete, die Null, der Versager

l’occiput

der Hinterkopf

l’olibrius

der komische Kauz

le pretium doloris

der Schadenersatz

le satisfecit

die Genugtuung

le summum

der Gipfel, der Höhepunkt

le verbatim

die wortwörtliche Niederschrift

le vulgum pecus

die Normalsterblichen

l’ut

das C

envoyer/expédier ad patres (fam.)

kaltmachen, den Garaus machen (fam.)

ad vitam aeternam

ewig

faire chorus

sich anschließen

de visu

durch persönlichen Augenschein

X dixit

Originalton X

exit (indication scénique)

geht ab

ex nihilo

aus dem Nichts

grosso modo

in groben Zügen, ungefähr

horresco referens

ich schaudere beim Erzählen

illico (fam.)

sofort, auf der Stelle

in fine

letztendlich

lato sensu

im weiteren Sinne

manu militari

mit Gewalt

mordicus (fam.)

steif und fest

motus (et bouche cousue) ! (fam.)

nichts verraten !

primo, secundo, tertio

erstens, zweitens, drittens

quid de… ?

wie steht es um… ?

rasibus (fam.)

ganz knapp, ganz dicht

sine die

auf unbestimmte Zeit

stricto sensu

genau genommen

etc.

7Remarques

1. Au gratis pro deo (fam.) français correspond le gratis allemand.

2. Rasibus (fam.) et motus (fam.) sont de faux latinismes.

8En guise de conclusion, une évidence : en matière d’emprunts aussi bien que de manière générale, chaque fois qu’on se trouve en présence d’une ressemblance formelle, il convient de se méfier et de vérifier les définitions et les emplois dans les dictionnaires monolingues. Regrettons au passage que les dictionnaires bilingues – PONS, Langenscheidt, Larousse – présentent autant de lacunes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Corbellari, « Emprunts du français et de l’allemand au latin. Vrais et faux amis », Traduire, 224 | 2011, 121-128.

Référence électronique

Michel Corbellari, « Emprunts du français et de l’allemand au latin. Vrais et faux amis », Traduire [En ligne], 224 | 2011, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://traduire.revues.org/218 ; DOI : 10.4000/traduire.218

Haut de page

Auteur

Michel Corbellari

Michel Corbellari est licencié en allemand et en français. Il a enseigné ces deux langues dans un collège et au lycée de La Chaux-de-Fonds (Suisse). Parallèlement, il a enseigné la didactique du français à l’Institut de formation des maîtres du canton de Neuchâtel. En outre, il est coauteur de divers manuels de français destinés au premier cycle du secondaire.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org