Navigation – Plan du site

Hommage à Pierre Agron

p. 146-148

Pierre Agron nous a quittés le 21 janvier 2011, dans sa 98e année.

Ancien président du Comité d’étude des termes techniques français, il était membre d’honneur de la SFT et membre, depuis l’origine, du jury du Prix Pierre-François Caillé. Florence Herbulot parle à son propos « des ressources d’un esprit affûté et d’un sens critique d’une grande précision ». Ce sont des qualités qu’il avait aussi mises au service de Traduire et qui transparaissent dans les extraits ci-dessous tirés du n° 176 (1998).

C’était à Rome, un mois de mars dans les années 50 lors d’un congrès de la FIT. […]

À ce congrès, j’avais eu pour la première fois l’occasion de parler du Comité d’étude des termes techniques français, que Georges Combet et moi venions de créer, et de dire ce que nous avions commencé à faire, c’est-à-dire à fabriquer les termes qui manquaient au vocabulaire technique. Les auditeurs avaient eu la primeur d’entendre « ingénierie » à la place d’engineering, « gazole » au lieu de gas-oil etc. C’est aussi la première fois que je rencontrais P.-F. Caillé.

Je devais le retrouver peu d’années plus tard à Montréal, à l’occasion d’un colloque organisé par l’Université de Montréal. […]

Pour ceux qui ne l’ont pas connu, P.-F. Caillé exerçait un métier délicat, la construction de dialogue pour le doublage des films, ce qui, outre une possession sans faille de la langue de départ, nécessitait dans la langue d’arrivée une grande finesse d’oreille et une connaissance approfondie de la phonétique.

Le lendemain, nous nous sommes dit adieu dans le « lobby » du Sheraton, où nous étions logés, grand caravansérail à la mode de l’Amérique du Nord. Caillé descendait aux États-Unis fleurir la tombe de Margaret Mitchell dont il avait traduit le livre avant de l’imposer à un éditeur français timoré comme ils le sont tous. Je rentrais en France et nous ne devions plus nous revoir.

Quelques années plus tard, il y a vingt-quatre ans, je retrouvais Montréal pour un cours de sémantique à l’Université de Montréal. J’avais une centaine d’étudiants, tant hommes que femmes. Inquiets, ils se destinaient à la traduction et la croissance rapide de l’informatique leur faisait craindre la disparition prochaine de leur métier. Était-il sage de s’engager dans cette voie ? Je les rassurais. J’étais en position de le faire. J’avais, en effet, écouté à Paris des exposés remarquables sur l’informatique faits par des ingénieurs d’IBM France. Quelle qualité ! Je pensais : s’ils sont tous de ce niveau la réputation de leur entreprise n’est pas usurpée. Je pouvais, cependant, rassurer les étudiants, car il me paraissait évident que les orateurs d’IBM sous-estimaient gravement la complexité des langues naturelles. En voici un exemple. À la même époque, lors d’une réunion organisée par l’AFNOR, l’un des conférenciers avait cité une traduction en polonais. La phrase de départ était : « le cavalier galopait entre chien et loup ». À l’arrivée, en polonais, c’était devenu « le cavalier galopait entre un chien et un loup ». Le traducteur polonais aurait dû, bien évidemment, se demander pourquoi, dans ce roman, un chien et un loup surgissaient brusquement pour disparaître aussitôt sans intervenir le moins du monde. Mais comment l’informatique aurait-elle évité cette faute de traduction ? Moi-même, j’avais un jour reçu un coup de téléphone un peu affolé : « quelles sont les plantes que l’on trouve dans les usines à gaz ? ». « Aucune, ce sont des endroits étrangers à l’horticulture, vous savez. Donnez-moi donc le contexte. »… Il s’agissait d’ateliers, autre sens du mot anglais « plant ». Le physicien Lévy-Leblond a connu une affaire analogue. Un jour il a lu : « Soient deux points dans un avion ». Il lui a fallu un petit moment, dit-il, pour comprendre. Avion correspondait à « plane », et plane dans ce contexte correspondait à « plan ». Soient deux points dans un plan. Dans ces trois exemples, il s’agit d’erreurs humaines et les deux derniers sont l’œuvre de traducteurs occasionnels. Mais la machine, comment aurait-elle choisi le bon domaine ? Comment aurait-elle deviné la métaphore ? Et quand il y a ironie, comment s’en tirerait-elle ? De telles objections n’arrêtaient pas les brillants ingénieurs d’IBM. « On peut tout faire avec l’informatique », disaient-ils. Voire ! Voire ! Ce n’est pas ce qui s’est passé. À ce jour, tout ce que le Canada a pu faire comme transfert d’une langue à l’autre se limite aux modestes bulletins météorologiques.

Une autre crainte, plus diffuse, touchait toute la population francophone du Canada, l’abandon de la langue française par les Français. Les exemples, malheureusement, abondaient. Quand les Québécois venaient à Paris, ils notaient nos défaillances. Une sorte de thèse avait même été consacrée aux enseignes des magasins parisiens. Ses auteurs répétaient ainsi, en se moquant certes, mais avec amertume, telle boutique de la rue de Miromesnil, spécialisée dans la confection de tartes, que son propriétaire avait jugé astucieux de baptiser « Tart Inn ». Fort satisfait, sans doute, de son jeu de mots, il avait négligé d’aller voir dans un dictionnaire si « tart » n’aurait pas un autre sens.

Comme nous, les Québécois trouvaient ridicule cette anglomanie, ils y voyaient surtout une servilité devant les Américains, servilité qui croissait d’une année à l’autre. Aujourd’hui, les logiciels d’informatique, qui sont tous importés, ne sont plus traduits, ou, quand ils le sont, la traduction, émaillée de fautes d’orthographe est mal faite. Pour les comprendre, il faut, non seulement savoir l’américain, mais savoir en plus le sens particulier donné aux mots américains dans le domaine informatique.

Ce comportement, n’est pas accidentel. L’institut Pasteur, dont les deux tiers du budget sont alimentés par les contribuables français, a abandonné la langue française pour ses publications. L’Académie des sciences suit cette trace. Il y a dix ans, un article de La Recherche sur ce sujet me conduisit à écrire (8.2.88) au rédacteur en chef ce qui suit : « Votre revue contient à la page 1 448 du numéro de décembre 1987 un court article consacré à l’initiative de l’Académie des sciences. En voici le paragraphe essentiel : « Une réforme des conditions de publication des notes dans les comptes rendus va faire grincer des dents les défenseurs acharnés de la langue française et réjouir au contraire les partisans de l’utilisation de la langue anglaise pour la diffusion des résultats de la recherche scientifique ». Les termes employés par votre collaborateur : défenseurs acharnés, grincer des dents, réjouir les partisans, montrent combien ce journaliste est heureux de la décision de l’Académie des sciences. Et comme on le comprend depuis le temps où l’on nous embête avec la langue française !

« Puis-je, cependant, attirer votre attention sur quelques points ? »

« D’abord, une incohérence : pour être un « défenseur acharné de la langue française », il faut être gâteux, c’est bien connu. Or les gâteux, par définition, n’ont plus de dents. Comment alors pourraient-ils en grincer ? »

« Parmi ces gens d’un âge révolu, il s’en trouvera peut-être pour vous rappeler qu’un philosophe comme Fichte a écrit : « Le langage forme les hommes bien plus qu’ils ne font le langage ». Et que le linguiste Aurélien Sauvageot a démontré cette proposition par des exemples pertinents empruntés à la quinzaine de langues qu’il pratique. « Qui tient sa langue tient la clé qui de ses chaînes le délivre », a dit aussi Mistral. Mais tout cela est gâtisme et débilité. Aussi, pour ne pas abuser de votre patience, me limiterai-je à vous faire remarquer ceci : La Recherche jusqu’à présent a été écrite en français, un français parfois incertain. Vous nous dites maintenant que ce français est inutile. Fort bien. Mais avez-vous songé que, lorsque – comme le souhaite avec joie votre collaborateur – la science sera écrite entièrement en américain, nous n’aurons plus aucune raison d’acheter La Recherche puisque nous aurons à notre disposition d’excellentes revues américaines. C’est donc votre propre mise en chômage à tous deux que célèbre votre collaborateur, et la mort de votre revue. »

« Songez-y, monsieur le rédacteur en chef. Je vous prie… »

Le rédacteur en chef se garda de publier ma lettre, mais il me répondit que de l’article en question il ne faisait pas la même lecture que moi. Il ne me dit pas laquelle !

Pierre Agron, « Souvenirs épars », Traduire n° 176, 1998, p. 17 à 21.

  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org