Navigation – Plan du site
Cahier Traduire les sciences sociales

À la poursuite de l’intangible

Kim Sanderson
p. 47-52

Note de la rédaction

Pierre Fuentes, DPLG ARB MSc(trans), est architecte de formation et traduit de l’anglais et de l’espagnol vers le français. Pour en savoir plus : http://www.pierrefuentes.com/fr

Cet article est une version révisée de l’article paru dans la Newsletter du réseau C&E (Construction & Engineering) de l’ITI en octobre 2011. Cette version révisée a été traduite de l’anglais par Pierre Fuentes.

Texte intégral

  • 1 La construction des villes : le premier traité d’urbanisme de Charles-Édouard Jeanneret, datant de (...)

1Principal représentant francophone de l’architecture moderne, Le Corbusier n’était pas seulement un théoricien prolifique, il est aussi l’auteur de plusieurs textes fondateurs, parmi lesquels Vers une Architecture et Urbanisme, publiés respectivement en 1923 et 1925. Dès 1910, il travaillait sur un texte intitulé La Construction des Villes, qui ne sera que partiellement publié, bien après sa mort, en 1992. En 2008, l’éditeur suisse GTA Verlag publiait une version allemande commentée du texte original, sous le titre La construction des villes : Charles-Edouard Jeannerets erstes städtebauliches Traktat von 1910/111. L’auteur de cet ouvrage, Christoph Schnoor, est professeur d’architecture à l’Unitec Institute of Technology d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Nous avons fait connaissance lors d’un échange scolaire, il y a une vingtaine d’années. Lorsque j’ai repris contact avec lui, il m’a appris qu’il avait soutenu une thèse de doctorat sur ce texte de Le Corbusier et que cette publication suisse en était une version révisée. Lorsqu’il sut que j’étais traductrice professionnelle, il décida de me confier la mission de traduire son essai en anglais (et éventuellement plus tard l’ensemble du manuscrit). En effet, Christoph Schnoor désirait rendre le texte original ainsi que le résultat de ses recherches accessibles à un public plus large.

  • 2 Précisions sur un état présent de l’architecture et de l’urbanisme, Le Corbusier, 1930, p. 143.

2Bien qu’écrit en français, le manuscrit de Le Corbusier était largement inspiré d’ouvrages d’urbanisme contemporains ou plus anciens, en langue allemande, notamment du fameux Der Städtebau nach seinen künstlerischen Grundsätzen de Camillo Sitte. Le texte à traduire mêlait donc l’allemand et le français. Christoph Schnoor était heureux que je sois à l’aise avec ces deux langues sources. Je n’avais pas de connaissance particulière du français de Suisse, mais la langue employée dans le manuscrit d’origine ne contenait pas de tournures idiomatiques particulières. De même, l’ancienneté du manuscrit original ne posait pas de problème majeur mis à part la nécessité d’éviter les tournures trop contemporaines. Le fait est qu’au tout début du xxe siècle, « l’urbanisme » n’en était qu’à ses balbutiements, ce qui ne pouvait que me faciliter la tâche : nul besoin de reprendre les expressions consacrées du vocabulaire spécialisé actuel – bien que, par acquit de conscience, je me sois inscrite au réseau Construction and Engineering de l’Institute of Translation and Interpreting. De plus, très peu des ouvrages en langue allemande que citait Le Corbusier dans le manuscrit avaient été publiés en langue anglaise, ce qui m’épargna une bonne part des traditionnelles et fastidieuses recherches de traductions existantes de citations. Toutefois, en partie à cause de la nouveauté de cette discipline, Le Corbusier et certains des auteurs auxquels il s’intéressait avaient établi de nouveaux concepts, ou donné un sens nouveau à nombre de termes conventionnels. En effet, il pensait que la conception architecturale était minée par « des organismes sociaux, mentaux, mécaniques qui sont parasitaires, anachroniques, paralysants »2, d’où son besoin impérieux d’inventer une nouvelle façon de penser l’architecture. Bien que de telles pratiques linguistiques soient monnaie courante chez les concepteurs, elles peuvent comporter des pièges pour le traducteur.

  • 3 Voir par exemple Le Corbusier’s Formative Years, H. Allen Brooks, 1997, p. 201.
  • 4 Camillo Sitte: The Birth of Modern City Planning, George Collins et Christiane Crasemann Collins, 1 (...)

3Tout d’abord, comment traduire le nom de la science concernée ? Alors que les langues française et allemande utilisaient toutes deux un terme précis, respectivement « urbanisme » et Städtebau, l’anglais ne pouvait faire appel qu’à des termes composés à partir de concepts proches, le planning ou le design, précisés par un qualificatif qui pouvait varier : town, city ou urban, l’anglais ne possédant pas d’équivalent unique pour ville ou Stadt. Le traité de science urbaine que Le Corbusier avait publié en 1925, Urbanisme, avait d’ailleurs paru en anglais sous le titre The City of To-morrow and its Planning. Quant aux auteurs anglophones qui s’étaient intéressés à Le Corbusier3, ils avaient souvent préféré le terme urban design. Pourtant, parmi les ouvrages cités dans le manuscrit, l’un des rares à avoir été traduit en anglais utilisait le terme city planning4. Il est vrai que l’anglais des États-Unis tend à utiliser ce terme là où l’anglais britannique semble préférer town planning. L’emploi de l’adjectif urban me paraissait quant à lui plus récent mais il avait l’avantage d’englober les deux notions, town et city, et les divergences de dimensions et de caractère qu’elles impliquent. En Angleterre, par exemple, le monarque peut distinguer une ville (town) en lui attribuant le statut de city (un statut traditionnellement attribué aux towns qui possédaient une cathédrale). Le texte allemand utilisait Städtebau et Stadtplanung, mais avec des connotations différentes. Le premier faisait référence à des concepts constructifs, tandis que le deuxième dénotait un cadre plus administratif. J’optai donc pour urban design dans le premier cas, et pour urban planning dans le second.

  • 5 Schnoor, Op. cit. p. 219.
  • 6 Brooks, Op. cit. p. 205.
  • 7 Schnoor, Op. cit. p. 108.

4Certains mots apparemment innocents me posèrent aussi des difficultés : devais-je traduire les mots rues et Straßen par streets ou par roads ? Ici encore, le français et l’allemand emploient un mot unique là où l’anglais dispose de plusieurs termes. Ceux-ci recouvrent-ils des significations différentes ? Je décidai d’utiliser streets dans la plupart des cas, mais roads pour des contextes spécifiques, par exemple les country roads en contexte rural. Autre concept essentiel de l’urbanisme : la place et son équivalent allemand der Platz. Je ne m’étais jamais vraiment posé la question de savoir si square était une traduction judicieuse de ces concepts. C’était avant de devoir traduire mit sternförmigen Plätzen : pouvais-je réellement parler de star-shaped squares, c’est-à-dire littéralement de carrés en forme d’étoile ? En effet, le propre du square anglais est d’être carré : à l’origine, les squares étaient « d’équerre », les étymologistes attribuant l’origine de ce mot à l’ancien français esquire. Toutefois, les résultats de mes recherches me prouvèrent que le terme square était effectivement une bonne solution dans le contexte architectural concerné. Bien que l’anglais utilise aussi les termes plaza et piazza, il m’a semblé que ces deux vocables étaient empreints de connotations trop actuelles ou inappropriées ; en anglais, plaza est souvent synonyme de galerie commerçante, tandis que piazza, terme issu de la renaissance italienne, est parfois utilisé pour désigner des places anciennes, en particulier des espaces urbains des xviie et xviiie siècles, cernés de galeries couvertes aux formes et aux proportions classiques, comme le Covent Garden de Londres. Square était sans doute le terme le plus approprié, quoique dans certains cas, un qualificatif allait s’avérer nécessaire : « Die Analyse von Jeannerets Kapitel über Plätze zeigt, dass er zwei unterschiedliche Interpretationen von städtischen Plätzen erarbeitet »5 donne par exemple « Analysis of Jeanneret’s chapter on squares shows him tackling two different interpretations of urban squares ». Ici, le texte allemand comportait déjà un qualificatif. À d’autres endroits, Schnoor utilisait directement le terme français, comme dans le cas de l’intitulé du chapitre « Des Places ». Cependant, d’autres stratégies étaient possibles comme le montrait Brooks dans son ouvrage Le Corbusier’s Formative Years (1997), où il traduisait ce titre de chapitre par Open squares and plazas6. L’historien Albert Erich Brinckmann, cité au second chapitre, se référait pour sa part à une regelmäßige Architekturplatz7, c’est-à-dire littéralement une place architecturale régulière, terme que j’ai proposé de traduire par regular architectural city square.

  • 8 Schnoor, Op. cit. p. 328. « Il faut alors que la rue droite affirme le sentiment de corporalité ».
  • 9 Cf. la célèbre citation de Paul Éluard : « Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui e (...)
  • 10 Schnoor, Op. cit. p. 219.
  • 11 Schnoor, Op. cit. p. 219, « It is interesting to note Voltaire’s use of the term in connection with (...)

5Le Corbusier employait des termes inhabituels, parfois spécifiques à son vocabulaire propre. « Corporalité », terme qu’il s’était approprié pour décrire un phénomène spatial particulier8, en est un bon exemple. Les sources allemandes utilisaient le terme Körperlichkeit. Comme le soulignait Schnoor, le terme renvoyait à la Wirkungsästhetik (esthétique de l’effet9) du début du xxe siècle. Le Corbusier ne se référait pas à la matérialité du bâti au sens actuel du terme ; il parlait de corporalité quand il se référait à un espace tangible, sens que le terme « espace » n’exprime apparemment pas suffisamment10. Or ce mot que Le Corbusier avait choisi pour se référer à l’espace tangible11 comportait la même racine latine qu’en allemand et trouvait son origine dans les cultures hellénique et judéo-chrétienne. Dans son texte allemand, Schnoor décrit cette corporalité particulière de diverses manières : Körperlichkeit, körperhafte Räumlichkeit ou Raumvolumen. Je ne rencontrai aucune référence faisant usage de ce dernier terme, excepté mon dictionnaire technique (Wörterbuch der industriellen Technik, Richard Ernst, 1989), qui propose volume-space pour Raumvolumen. Corporality paraissait la traduction anglaise la plus proche mais il n’est pas de la même racine que body. Il lui manquait donc la référence au « corps » présente dans les textes allemand et français. Physicality était plus séduisant, sans pour autant établir de lien direct. La tournure embodiment of space s’est finalement imposée.

Pièges à éviter

  • 12 Schnoor, Op. cit. p. 319 : « La leçon de l’âne est à retenir ».
  • 13 Schnoor, Op. cit. p. 318 : « Nous n’oublierons pas la démonstration que nous donna un jour de pluie (...)
  • 14 Schnoor, Op. cit. p. 320 : « Alors le baudet s’arrêta. » et plus loin « Si la leçon du baudet était (...)
  • 15 Voir Le Corbusier : Architect and Visionary, Kenneth Frampton, 2001, p. 101, et Collins/Crasemann C (...)

6Le point de vue de Le Corbusier concernant le chemin des ânes (die Lehre des Esels) est bien connu des architectes. Il s’agit toutefois d’un point de vue qu’il n’a adopté qu’à partir des années 1920. Dans le manuscrit plus ancien qui nous occupe, il défendait le point de vue inverse, ce qui, de premier abord, peut paraître contradictoire : en 1910, il était d’avis que le chemin tracé au long des siècles par le pas des ânes formait un plan approprié au tracé des rues. Il le considérait d’ailleurs comme une leçon12 à retenir. Quinze ans plus tard, dans Urbanisme, il affirmait en revanche que, contrairement aux ânes, les humains se déplacent dans un but précis. Les chemins qu’ils empruntent vers leurs destinations doivent donc suivre un tracé rectiligne. Plus intéressant encore, en 1910, il n’hésitait pas à employer les synonymes bourriquot13 et baudet14 alors qu’en 1925, il n’était plus question que d’ânes. Alors que le texte allemand utilisait uniquement le terme Esel, j’avais plusieurs termes à ma disposition en anglais. Le mot ass, qui désigne avant tout un âne, me semblait toutefois trop désuet pour être utilisé dans ce contexte, sa connotation péjorative actuelle risquant de compliquer la lecture. Les traducteurs anglophones de Le Corbusier – et ses commentateurs – utilisaient d’ailleurs les expressions donkey track et pack-donkey’s way15.

  • 16 Schnoor, Op. cit. p. 297.
  • 17 Je remercie tout spécialement Marc Prior et Jacqui Birnie.

7Autre piège vicieux : l’Eselsrücken ou « dos d’âne ». Réussir à évoquer une rue dont la pente monte puis redescend, et forme par conséquent une crête (Kamm)16, me posait un véritable défi : le sens commun veut que la forme du dos d’un âne soit concave, non convexe. Si l’expression française est consacrée par le code de la route, le terme allemand semblait pour sa part plus technique. Il était apparemment utilisé dans le domaine de l’ingénierie ferroviaire. Cet indice, et plusieurs suggestions des traducteurs du réseau allemand de l’Institute of Translation and Interpreting, m’ont aiguillée vers le terme anglais humpback17 qui désigne une configuration convexe.

  • 18 Schnoor, Op. cit. p. 592.
  • 19 Schnoor, Op. cit. p. 156.
  • 20 Schnoor, Op. cit. p. 593.

8L’adjectif français fou/folle m’a aussi donné du fil à retordre. Il était utilisé à plusieurs reprises dans le texte original, mais dans des contextes très différents. Il correspondait tantôt à crazy, comme dans le cas des « plus folles imaginations » (die verrücktesten Einfälle)18, tantôt à wild growth comme dans le cas de « la folie des fleurs riches » (Blumenreichtum)19, et tantôt à folly comme dans la description que Le Corbusier donne des jardins de Versailles : « harmonies de choses châtiées et choses folles » (die Harmonie sowohl im Verfeinerten als auch im Über-zogenen)20. Je décidai de traduire ce dernier exemple par « harmony between restraint and folly », même si certains pourraient affirmer que dans ce contexte particulier le mot englobe les trois significations.

9Les textes théoriques tendent à établir des concepts nouveaux. Ce faisant, ils modifient souvent le sens du vocabulaire conventionnel. Les problèmes de traduction que soulève ce type de texte me portent à croire qu’une bonne dose d’astuce et une certaine agilité intellectuelle peuvent s’avérer au moins aussi utiles que la connaissance approfondie du sujet ou l’expertise technique du domaine concerné. Une part de créativité est aussi nécessaire : en plus d’être un point de rencontre entre les langues (ici le français, l’allemand et l’anglais), ce type de traduction se situe aussi à la croisée de l’art et de la technique.

Haut de page

Bibliographie

BRINCKMANN Albert Erich, 1908. Platz und Monument. Untersuchungen zur Geschichte und Ästhetik der Stadtbaukunst in neuerer Zeit, Berlin: Wasmuth.

BROOKS Harold Allen, 1997. Le Corbusier’s Formative Years, Chicago, États-Unis: The University of Chicago Press.

COLLINS George et CRASEMANN COLLINS Christiane, 1986. Camillo Sitte: The Birth of Modern City Planning, New York, États-Unis: Rizzoli International Publications Inc.

ERNST Richard, 1989. Wörterbuch der industriellen Technik, Deutsch-Englisch, 5 Auflage, Wiesbaden, Allemagne: Brandstetter-Verlag.

FRAMPTON Kenneth, 2001. Le Corbusier: Architect and Visionary, London: Thames & Hudson, coll. World of art.

JEANNERET-GRIS Charles-Édouard (LE CORBUSIER), EMERY Albert, 1992. La construction des villes : genèse et devenir d’un ouvrage écrit de 1910 à 1915 et laissé inachevé, Lausanne, Suisse : éditions L’Âge d’Homme.

LE CORBUSIER, 1923/2008. Vers une Architecture, Paris : Flammarion, Champs.

LE CORBUSIER, 1925/2011. Urbanisme, Paris : Flammarion, Champs.

LE CORBUSIER, 1930. Précisions sur un état présent de l’architecture et de l’urbanisme, Paris : éditions Crès.

LE CORBUSIER, 1987. The City of To-morrow and its Planning, traduit du français par Frederick Etchells, New York, États-Unis: Dover Publications.

LE CORBUSIER, GRESLERI Giuliano, PATTYN Christian, 1994. Les Voyages d’Allemagne : carnets, Paris : Fondation Le Corbusier/Milano, Italie : Electa.

SCHNOOR Christoph, 2008. La construction des villes : Charles-Edouard Jeannerets erstes städtebauliches Traktat von 1910/11, Zürich, Suisse : GTA Verlag.

SITTE Camillo, 1889. Der Städtebau nach seinen künstlerischen Grundsätzen, Wien: Schroll.

Haut de page

Notes

1 La construction des villes : le premier traité d’urbanisme de Charles-Édouard Jeanneret, datant de 1910/11. Charles-Édouard Jeanneret ne prendra le nom de Le Corbusier qu’à partir des années 1920.

2 Précisions sur un état présent de l’architecture et de l’urbanisme, Le Corbusier, 1930, p. 143.

3 Voir par exemple Le Corbusier’s Formative Years, H. Allen Brooks, 1997, p. 201.

4 Camillo Sitte: The Birth of Modern City Planning, George Collins et Christiane Crasemann Collins, 1986. Les auteurs traduisent « Städtebau » par « city planning ».

5 Schnoor, Op. cit. p. 219.

6 Brooks, Op. cit. p. 205.

7 Schnoor, Op. cit. p. 108.

8 Schnoor, Op. cit. p. 328. « Il faut alors que la rue droite affirme le sentiment de corporalité ».

9 Cf. la célèbre citation de Paul Éluard : « Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré » (NdT.)

10 Schnoor, Op. cit. p. 219.

11 Schnoor, Op. cit. p. 219, « It is interesting to note Voltaire’s use of the term in connection with something ostensibly intangible: he writes of the « corporalité des âmes », or physicality of souls. He means precisely the same thing Jeanneret is seeking to express: actually being able to feel something which in itself is intangible. » (traduit de l’allemand vers l’anglais par Kim Sanderson).

12 Schnoor, Op. cit. p. 319 : « La leçon de l’âne est à retenir ».

13 Schnoor, Op. cit. p. 318 : « Nous n’oublierons pas la démonstration que nous donna un jour de pluie un bourriquot fortement chargé ».

14 Schnoor, Op. cit. p. 320 : « Alors le baudet s’arrêta. » et plus loin « Si la leçon du baudet était écoutée… »

15 Voir Le Corbusier : Architect and Visionary, Kenneth Frampton, 2001, p. 101, et Collins/Crasemann Collins, Op. cit. p. 55.

16 Schnoor, Op. cit. p. 297.

17 Je remercie tout spécialement Marc Prior et Jacqui Birnie.

18 Schnoor, Op. cit. p. 592.

19 Schnoor, Op. cit. p. 156.

20 Schnoor, Op. cit. p. 593.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kim Sanderson, « À la poursuite de l’intangible », Traduire, 227 | 2012, 47-52.

Référence électronique

Kim Sanderson, « À la poursuite de l’intangible », Traduire [En ligne], 227 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traduire.revues.org/477 ; DOI : 10.4000/traduire.477

Haut de page

Auteur

Kim Sanderson

Kim Sanderson, BA MSc(trans) MITI MCIL, traduit du français et de l’allemand vers l’anglais. Titulaire d’un master de l’Université Heriot-Watt à Édimbourg, elle a travaillé pour plusieurs entreprises des secteurs public et privé, traduisant dans divers domaines. Depuis 2005, elle est installée à son compte. Ses domaines de spécialisation sont la publicité, l’environnement, le développement international et l’architecture. Pour de plus amples informations, consulter : http://www.sandersontranslations.com/

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org