Navigation – Plan du site
Billet d'humeur

Lu dans Le Linguiste n° 1, 1959

Extrait du texte « La traduction médico-pharmaceutique »
Henri Van Hoof
p. 151

Note de la rédaction

Article publié dans « Le Linguiste » (2009/vol. 54) et repris avec l’aimable autorisation de la Chambre belge des traducteurs, interprètes et philologues (CBTIP).

…. les traducteurs médico-pharmaceutiques apprécieront …..

(…)

Le médecin est un homme qui voit les événements de la vie quotidienne avec les yeux d’un praticien et souvent même s’exprime à leur sujet en termes médicaux. Cette déformation du processus pensée-langage, dont on pourrait presque dire qu’elle atteint chez lui le stade organique, fait que le médecin est allergique à toute expression, à toute tournure qui lui semble s’écarter du jargon de sa spécialité. Ces « écarts de langage » le choqueront davantage encore dans un texte traduit, qu’il reconnaîtra sur le champ comme étant l’œuvre d’un profane à laquelle tout crédit doit être refusé. On objectera peut-être qu’il suffirait de soumettre une ébauche de la traduction à un homme de l’art. Illusion dangereuse et fallacieux espoir ! La spécialisation interne qui règne en médecine s’accompagne aussi d’un fractionnement de l’usage linguistique professionnel et donne naissance à quantité de vocabulaires dont chacun est particulier à une discipline déterminée.

(…)

Le traducteur formé au contact des langues classiques pourrait se croire à l’abri de ce genre de difficultés en se disant que ses connaissances du grec et du latin lui permettront toujours d’identifier et de comprendre aisément n’importe quel mot en remontant à son étymologie. Qu’il se détrompe. (…) Dans l’ensemble, le peu de respect dont le langage médical témoigne à l’égard des règles mêmes de l’étymologie, des lois de la formation classique et de la transposition orthographique lui réservera surtout des mécomptes.

  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org