Navigation – Plan du site
Cahier « Développement durable »

Le guayule, plante historique du futur ?

Dominic Michelin
p. 49-66

Texte intégral

1Le terme de « développement durable », bien que plutôt récent et dérivé – encore une fois – de l’anglais américain sustainable development, désigne un concept d’intérêt public développé essentiellement depuis la fin du xxe siècle, qui, appliqué à la croissance économique et désormais mondialisé, vise à prendre en compte les aspects environnementaux et sociaux d’une globalisation financière des intérêts à long terme. Pour être plus précis, il revêt différents ­volets socio-économiques tels que le maintien de l’équilibre général, le respect de l’environnement, la prévention de l’épuisement des ressources naturelles, la diminution de la production des ­déchets et la rationalisation de la production et de la consommation d’énergie. Plus généralement, il est perçu comme la gestion rationnelle des ressources humaines, naturelles et ­économiques visant à satisfaire les besoins fondamentaux de l’humanité, y compris pour les ­générations futures.

Quelques faits historiques marquants

2Le 20 juillet 1969, l’homme – en la personne de Neil Armstrong – pose le pied sur la lune et prend véritablement conscience que notre magnifique planète bleue est une minuscule oasis fragile, perdue dans l’immensité glacée de l’univers. À la fin de cette décennie-là, 3,5 milliards d’êtres humains vivent sur la Terre. Nous sommes aujourd’hui la bagatelle de 6,2 milliards... soit une augmentation de 80 % en un peu plus de 40 ans !

3Le début de la décennie 1970 voit naître le premier véritable concept de développement ­durable, baptisé logiquement à l’époque « éco-développement », qui implique la nécessité ­d’intégrer l’équité sociale et la prudence écologique dans les modèles de développement ­économique, et la mise en place d’une solidarité planétaire pour faire face aux grands bouleversements des équilibres naturels.

4Les années 1980 surviennent et le grand public découvre des phénomènes devenus rapidement des termes bien familiers à nos oreilles depuis : changement climatique, consommation d’énergie, gestion des ressources naturelles, perte de biodiversité, pluies acides, trou dans la couche d’ozone, effet de serre, déforestation et catastrophe de Tchernobyl, pour ne citer que les plus « illustres ».

5Or, à côté de ces notions parfois sibyllines, des questions de fond se posent. Comment concilier progrès économique et social sans mettre en péril l’équilibre naturel de la planète ? Comment répartir les richesses entre les pays riches et les moins développés ? Comment donner un ­minimum de richesses à ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants encore démunis à l’heure où la planète semble déjà asphyxiée par le prélèvement effréné de ses ressources ­naturelles ? Et surtout, comment faire pour léguer une terre en bonne santé à nos descendants ? Comment répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ?

6Un début de réponse consiste tout d’abord à réconcilier ces trois mondes qui se sont longtemps ignorés : l’économie, l’écologie et le social, puis à rééquilibrer les pouvoirs entre les priorités économiques et les impératifs sociaux et écologiques, et enfin à élaborer, développer et ­appliquer des solutions innovantes pour atteindre ces objectifs. À l’évidence, l’équation est complexe : le développement dit « durable » doit être économiquement efficace, socialement équitable, écologiquement tolérable et œuvrer continuellement dans le respect des droits ­fondamentaux de l’homme. Tout un programme.

7Notre ère technico-industrielle en mutation impose des solutions mûrement réfléchies évitant d’infliger aux générations futures le prix fort de ces réussites technologiques. Et l’héritage qu’elle lèguera n’est à dilapider sous aucun prétexte : eau, air, sols, biodiversité, ressources, modes d’énergie, patrimoine culturel et naturel sont des richesses à transmettre dans le ­meilleur état possible. Un développement durable bien compris est censé mettre en place des solutions et des mécanismes financiers et politiques capables de relever le défi.

8En cela, le concept de développement durable doit englober l’essor et la recherche de nouveaux matériaux issus de l’agriculture, des déchets organiques ou inorganiques afin d’anticiper sur la raréfaction inéluctable des énergies fossiles classiques, nuisibles à l’environnement, dont la combustion est pour partie responsable du réchauffement climatique en raison des fortes émissions de dioxyde de carbone et de gaz à effet de serre.

Au cœur du développement durable, un matériau essentiel

9Naturel ou synthétique, omniprésent dans notre vie actuelle, matière première stratégique pour l’industrie, ce matériau, devenu quasiment invisible et pourtant indispensable à notre quotidien, se trouve au cœur des questions et des évolutions inhérentes au développement ­durable. Mais quel est-il exactement ? Issu pour une bonne part de l’industrie pétrolifère et ­reproduit par synthèse, ce polymère hydrocarboné (composé d’hydrogène et de carbone) à haut poids moléculaire, appelé aussi polyisoprène quand il est naturel, est produit par de nombreuses plantes, en général au sein de cellules spécialisées dites laticifères, génératrices de latex, et dont la fonction principale est la défense naturelle contre les prédateurs et autres agressions extérieures.

10Ce suc végétal appelé latex remplit un certain nombre de fonctions évolutives dans la plante : stocker les réserves, protéger des blessures et des maladies, ou encore dissuader les animaux de s’y attaquer. Le latex naturel se présente sous des centaines de formes différentes, le plus souvent d’aspect mou et collant, et il est commercialement inutilisable en l’état. Or, en jouant sur la combinaison de chaleur, de soufre et d’autres composants, ce matériau gagne en élasticité, en durée de vie, en résistance chimique et acquiert bien d’autres propriétés ­recherchées. Il peut alors être expédié, stocké et décliné en d’innombrables produits industriels, depuis les sondes médicales jusqu’aux pneumatiques en passant par les boules de bowling. À ce stade, il convient de rappeler qu’avant que Charles Goodyear, au patronyme évocateur s’il en est, – et d’autres ensuite – ne conçoivent et améliorent le processus de vulcanisation dans les années 1830 et au-delà, ce matériau ne connut aucune véritable application industrielle.

11Vous l’aurez deviné, c’est bien évidemment de caoutchouc que nous parlons. Cet autre terme d’origine sud-américaine, plus précisément aztèque, tire son nom de la plante Hevea brasiliensis que les peuplades indigènes appelaient phonétiquement kaw-tchou ou « bois qui pleure ».

12À l’état naturel, le caoutchouc, pour reprendre l’appellation originelle du latex, est un hydrocarbure qui se présente sous la forme d’un suc laiteux et collant que secrètent les nombreuses plantes dites laticifères ou à latex, dont le potentiel en caoutchouc n’est pas pour autant systématique. Pour preuve, sur un peu plus de 12 000 espèces laticifères, à peine 7 000 pourraient au final produire du caoutchouc et la grande majorité dans des proportions souvent infimes en raison de la texture même de leur latex, trop résineux pour être exploitable.

13Depuis le début du xxe siècle, les scientifiques sont parvenus à en produire de bien des ­manières. Le caoutchouc de synthèse peut être fabriqué à partir d’un grand nombre de ­matières premières et en employant différents catalyseurs. Certains types de caoutchouc synthétique coûtent moins cher à produire que le caoutchouc naturel, et celui dérivé du pétrole alimente aujourd’hui 70 % du marché. Pourtant, seul le caoutchouc naturel possède des ­propriétés indispensables aux pneumatiques d’avion, aux flancs des pneus automobiles, aux gants en latex, aux préservatifs et à bien d’autres applications. En toute logique, le caoutchouc de synthèse dérivé du pétrole et le caoutchouc naturel produit sous les tropiques sont ­demeurés des sources complémentaires d’approvisionnement depuis la Seconde Guerre ­mondiale. Alors que l’industrialisation et le déplacement automobile ne cessent de gagner du terrain sur la planète, la demande mondiale en caoutchouc, synthétique comme naturel, n’a ­jamais été aussi importante. Et il convient de rappeler ici que le caoutchouc naturel est le ­premier biomatériau de l’industrie du caoutchouc.

14La source principale de caoutchouc naturel est donc l’Hevea brasiliensis, arbre originaire du bassin du haut Amazone et cultivé aujourd’hui en Asie du Sud-Est. À l’état sauvage, dans leur habitat naturel qu’est la jungle, les plants d’hévéa sont dispersés, et la commercialisation du produit implique un travail et un coût énormes. En l’espèce, la plante semble effectivement inadaptée à l’économie industrielle moderne. À la fin du xixe siècle, botanistes et industriels en Grande-Bretagne réalisent que l’hévéa peut être bien plus lucratif dès lors qu’il est cultivé ­soigneusement. L’hévéa fut d’ailleurs longtemps la seule source de caoutchouc des nations ­occidentales. Les deux grands conflits mondiaux du xxe siècle, en provoquant une pénurie de ce matériau indispensable aux militaires, mirent en exergue cette dépendance à l’hévéa et amenèrent les gouvernements concernés à concentrer leurs efforts sur des cultures alternatives de nouvelles plantes productrices de latex.

15Ces plantes se rencontrent donc de façon extrêmement dispersée et sans apparente affinité botanique dans le règne végétal, à l’exception peut-être de la famille des Euphorbiacées dont la plus connue est l’Hevea brasiliensis, qui, par son histoire et sa géographie, a continuellement fait de l’ombre (dans tous les sens du terme) à toutes les autres plantes productrices de latex, à quelques trop rares exceptions – typologiques comme chronologiques – près. C’est ce qu’illustre précisément le passé chaotique et toujours et encore d’actualité d’une plante en particulier, au vocable méconnu, mais également d’une autre appelée Taraxacum koksaghyz ou pissenlit russe, originaire d’Asie centrale, qui appartiennent toutes deux à la même famille ­botanique (Astéracées) malgré un aspect très différent, et qui tentent d’exister en deuxième et troisième position des plantes à latex économiquement viables.

Une publication inédite

  • 1 Mark Finlay, Growing American Rubber: Strategic Plants and the Politics of National Security, 2009, (...)

16Pour en venir au fait essentiel, à savoir la traduction de mon premier livre sur cette thématique, je dois avouer que la découverte de l’ouvrage de Mark Finlay, Growing American Rubber : Strategic Plants and the Politics of National Security1, s’est trouvée liée à un extraordinaire concours de circonstances, et sa traduction aura concrétisé une aventure déjà formidable en soi. Née d’un reportage télévisé dont j’attrapai incidemment la toute fin au vol, il en découlera une cascade de rencontres plus exceptionnelles les unes que les autres, la rédaction d’un ­mémoire spécialisé, une conférence avec l’auteur, l’entrée dans un univers de passionnés, la participation puis la contribution à un projet européen d’envergure, un fabuleux voyage en ­Arizona, de grands moments de recherche et de réflexion sur certains termes, sur l’expression ou la formulation idoine comme sur la juste référence culturelle ou historique à transposer pour en arriver à rendre au mieux cette saga où foisonnent acteurs végétaux et personnages historiques connus dans un décor et une ambiance parfois dignes des plus grandes épopées du Far West. Ce livre en plante magistralement le décor.

17Au-delà du cadre même, cet ouvrage représente en soi une grande première en étant la traduction intégrale du premier ouvrage consacré exclusivement au guayule et aux autres plantes laticifères. J’aimerais d’ailleurs, à ce stade, souligner et redire combien la traduction d’un tel ouvrage constitue un travail de longue haleine, exigeant une approche rigoureuse, à la fois ­délicate et détachée, afin de capter et retranscrire ces différences et ces nuances, souvent ­indécelables à la première lecture et perçues de manière inconsciente mais néanmoins indispensables à la bonne compréhension d’un texte.

18Or, les textes fluides et bien écrits comme celui-là recèlent souvent des trésors de nuances et d’allusions, et ma méfiance à l’égard des traductions simples en apparence s’en trouve depuis encore renforcée. Ce fut le cas pour cet ouvrage qui comporte de nombreuses références ­culturelles, historiques, scientifiques et sociales, pour ne pas dire politiques ou personnelles qu’il convient de vérifier, voire de revérifier après plusieurs lectures pour en approcher ou ­deviner le sens véritable, et partant, les allusions ou rapprochements qui s’y trouvent, ou ­plutôt s’y dissimulent. Il cumule également une approche de différents domaines spécialisés tels que la botanique, l’agronomie, l’économie, la technologie et les sciences de la vie, qui, s’ils ne sont pas forcément cantonnés à leur spécificité, n’en restent pas moins à apprivoiser dans les termes et dans les mœurs. J’ai donc dû effectuer un certain nombre de recherches et de vérifications, voire solliciter l’auteur et quelques experts de haut rang à l’occasion pour m’assurer de ­certaines significations ou allusions. Et j’ai également réalisé que de nombreux termes qu’on pourrait qualifier de « communs » étaient délicats à traduire ou retranscrire en français, ­notamment ceux porteurs de références propres à un pays, à sa géographie ou son histoire, à sa culture et sa philosophie, ou encore à son climat ou à son relief.

19Ce qui m’a tout d’abord frappé et plu dans ce texte est le style d’écriture et la phraséologie de l’auteur, ainsi que les divers niveaux de langue employés, souvent en alternance. Même si ­l’aspect narratif peut paraître à certains quelque peu dithyrambique, voire ampoulé, la richesse du vocabulaire et les tournures complexes de phrases m’ont rapidement séduit. Sa narration adopte un style alternant le familier et le descriptif, avec souvent une très grande précision dans le choix des termes, ce qui m’a parfois déconcerté, mais qui représente aussi à mon sens ­l’intérêt d’une traduction à partir d’un texte source de qualité, pas nécessairement hyperspécialisé mais riche de nuances et d’anecdotes dans un style agréable à lire, entraînant, passionnant voire presque déroutant en quelques occasions.

20Pour donner quelques exemples de termes d’aspect commun et ne posant pas à première vue de problèmes de compréhension et de traduction, j’ai retenu les termes domestic, crop, sans oublier bien sûr rubber qui s’applique souvent indifféremment au caoutchouc (produit élaboré) et au latex (sécrétion de la plante) devenu lui aussi en français mouvant dans son usage et ses occurrences malgré son étymologie « naturelle » qui aurait dû le maintenir au plus près de la plante produisant ce même latex. Ces termes reviennent régulièrement dans le texte source et dans la documentation spécialisée, demandent parfois une adaptation en conséquence, et ­entraînent de plus des répétitions qui, si elles passent inaperçues en anglais, détonent vite en français. Il m’a donc fallu avoir recours à une synonymie élargie, allant parfois jusqu’à une ­périphrase afin de ne pas diluer le sens, ni bien évidemment l’altérer. En voici quelques exemples :

21Rubber crops : littéralement, « cultures / récoltes de caoutchouc ». Ce terme désigne en fait la culture de plantes produisant un latex naturel servant à l’élaboration du caoutchouc dit naturel. J’ai le plus souvent opté pour « plantes à caoutchouc » qui est le terme revenant le plus souvent en français dans les corpus du domaine. Même si personnellement, je préfèrerais employer la terminologie « plante ou culture laticifère », voire plus familièrement « plante / cultures à latex », qui ne sont pas des emplois fréquents de ce domaine, mais qui me semblent plus appropriés. Je me suis néanmoins efforcé de l’employer en de rares occasions qui me paraissaient justifiées. C’est le cas du titre du dernier chapitre : il me semblait important de le positionner ainsi pour donner le ton général du texte et des domaines qu’il intègre, même si le style peut sembler en pâtir quelque peu en raison de la longueur de l’expression en français.

22Domestic rubber (avec ou sans trait d’union, indifféremment usité par l’auteur) est un autre terme récurrent de ce livre, que j’avais au départ traduit assez littéralement par « caoutchouc domestique », voire « cultures domestiques » en parlant de domestic crops. Je précise au ­passage que l’association des trois termes, domestic rubber crop(s) est l’un des termes phares de l’ouvrage et doit donc faire l’objet d’une attention particulière.

  • 2 p. 233.
  • 3 Guayule et autres plantes à caoutchouc – De la saga d’hier à l’industrie de demain, 2013, Mark R. F (...)

23Un exemple illustratif : the message of domestic rubber2, difficile à rendre précisément sans périphrase explicite, et que je me suis résigné à traduire comme « le message du caoutchouc produit sur le territoire national3 ».

24D’autres termes courants qui ont été difficiles à rendre en français sans répétitions : proponents, enthusiasts, supporters, fans, pro. J’ai également élargi la palette synonymique en français en alternant les termes parmi la liste suivante : « adeptes », « défenseurs », « inconditionnels », « pro », « en faveur de » pour ne citer que ceux-ci.

25Le terme officials est également un mot qui revient très régulièrement dans le texte source et pour lequel j’ai mis en place une batterie de synonymes ou assimilés tels que : « représentants », « responsables », « fonctionnaires », « officiels », pouvant aller jusqu’à « instances ». En voici un exemple en contexte:

  • 4 p. 231.

agricultural officials wanted to wait until market conditions for the new crop seemed promising4

  • 5 p. 242.

les instances agricoles décidèrent d’attendre que les conditions de marché de la nouvelle ­culture soient encourageantes5.

Néologismes et style journalistique récurrent

26Quelques néologismes ou termes d’inspiration journalistique m’ont aussi donné matière à ­réflexion. J’ai choisi l’exemple ci-dessous :

Boondoggle 

27J’en donne ici la définition de Wikipedia ainsi que l’origine du terme :

A boondoggle is a project that wastes time and money. The term arose from a 1935 New York Times article that claimed over $ 3 million had been spent on recreational activities for the ­jobless as part of the New Deal. Among these activities were crafts classes, where the production of « boon doggles » (described in the article as various utilitarian « gadgets » made with cloth or ­leather) was taught. The term’s earlier definition is thought to have its origin in scouting, ­particularly in reference to a woggle.

28Après avoir beaucoup réfléchi, et même si la traduction peut sembler éloignée du sens originel, j’ai opté pour le terme familier en français « usine à gaz » qui me semblait bien refléter le contexte dans la phrase qui suit :

  • 6 p. 229.

In all, the investment of five hundred thousand dollars yielded a mere 9,600 pounds of new seed, and some critics saw the effort as another domestic-rubber boondoggle6.

  • 7 p. 240.

En tout et pour tout, les cinq cent mille dollars investis eurent un rendement d’à peine 5 tonnes de nouvelles graines, et certains détracteurs n’y virent qu’une autre usine à gaz du caoutchouc naturel7. »

Références

29L’une des difficultés majeures a été de trouver une solution pour la profusion de notes et ­références bibliographiques, les nombreux acronymes et références à la culture, l’agriculture, la politique, l’histoire et la géographie propres aux États-Unis, et a priori imposées par l’éditeur américain pour des raisons de copyright et de droit d’utilisation. L’ensemble de ces renvois constituait dans l’édition originale la bagatelle de 68 pages pour 989 notes en fin d’ouvrage. En accord avec l’éditeur, seules 29 notes explicatives (les plus significatives) ont été conservées dans la version française et organisées par chapitre, aux fins de ne pas interrompre la lecture par des renvois incessants et surtout de rendre une qualité de lecture encore plus aboutie et plus fluide dans la version française.

Choix imparfait /passé simple/composé vs. prétérit

30Le choix entre imparfait et passé simple ou passé composé est une question qui s’est posée à moi lors des premières traductions et que j’ai résolue au final en privilégiant le passé simple qui, à mon sens, correspond mieux au style narratif et historique, et ne m’a pas semblé ­entraîner de problème de contresens.

31Enfin, trouver « le bon style » a sans doute été l’aspect le plus important de ce texte, écrit avec qualité et connaissance des domaines abordés. Face aux nombreuses phrases longues et ­complexes, je me suis toujours attaché à la compréhension du texte vu par un lecteur non ­nécessairement familiarisé avec les États-Unis et la langue anglaise.

J’ai aussi rencontré des formulations qui m’ont paru être des jeux de mots tels que :

  • 8 p. 230.

the demand for natural rubber was stretching the production capacity of Southeast Asian plantations8.

  • 9 p. 241.

la capacité de production des plantations du sud-est asiatique était à la limite de la rupture face à la demande de caoutchouc naturel9.

32Je pourrais bien évidemment parler plus longuement des difficultés rencontrées au cours de ce formidable travail de traduction. J’y ai pris aussi beaucoup de plaisir, même si celui-ci était parfois chronophage. J’ai eu la chance de pouvoir solliciter directement l’auteur que j’avais préalablement rencontré pour l’interroger sur quelques-unes des problématiques de sens auxquelles j’ai été confronté, et dont le retour m’a souvent conforté dans mes choix.

33Pour résumer, je dirais que, au-delà du perfectionnisme qui me tient – parfois trop – à cœur, j’ai beaucoup cherché, réfléchi à la meilleure formulation en essayant de prendre du recul par rapport à mon travail. Une relecture par un tiers ou à voix haute m’a été souvent bénéfique, même si je conserve encore à ce jour quelques interrogations ou toujours possibles perfectionnements, qui constituent le fréquent quotidien du traducteur consciencieux.

Mais revenons-en au fait, et au « personnage » principal de cette saga historique…

Le guayule, parangon du développement durable ?

34Guayule… Un mot étrange, sans étymologie apparente connue, à la sonorité exotique et étrangère, qui laisse vagabonder l’imagination, entre règnes animal et végétal, histoire et géographie, légendes et voyages à la fois. Un mot étrange et fascinant, porteur de mystère, objet de rencontres, objet d’un concours de circonstances et sujet de mon premier livre traduit.

Photo : D. Michelin.

35Guayule est un mot d’origine nahuatl, langue parlée par le peuple du même nom, premiers ­ancêtres connus des Aztèques sur le continent américain et dont la langue est toujours ­parlée aujourd’hui par 1,5 million de locuteurs sur le territoire mexicain. Le terme « guayule », repris phonétiquement par les colons espagnols et ayant traversé tel quel le temps et l’espace ­depuis sa découverte et sa classification, est a priori doué d’une imperméabilité sans faille aux ­retranscriptions, traductions et autres translittérations puisqu’il s’écrit de façon strictement identique dans toutes les langues utilisant l’alphabet latin. Il présente un caractère ­terminologique bien trempé et pourrait bien connaître la même destinée que certains mots, ­originaires également de cette partie du monde et issus de la langue des Aztèques et autres Nahuas, voire le même destin linguistique, historique, culturel et industriel que ces mots définitivement passés dans notre langue et dont l’origine est souvent oubliée ou méconnue comme « tomate », « haricot », « caoutchouc » ou encore « chocolat ».

36Cet arbrisseau au nom étrange, alias Parthenium argentatum Gray pour les puristes, à croissance rapide, originaire des déserts du sud-ouest du continent nord-américain (sud de l’Arizona et nord du Mexique), possède la rarissime particularité dans le règne végétal de produire en quantité importante un latex naturel pouvant servir à la fabrication de caoutchouc. Il ­présente de surcroît la propriété récemment découverte d’être non allergène, caractéristique naturelle d’une importance cruciale dans l’exploitation et la commercialisation potentielle des produits élaborés à partir de cette plante.

37Connu des indigènes depuis des siècles dans ces régions désertiques nord-américaines pour ses propriétés élastiques une fois mastiqué, le guayule demeure pourtant dans un oubli relatif en dépit de certains travaux, malheureusement « marginalisés », menés aux xixe et xxe siècles par des chercheurs ou des entreprises locales. Il ressurgit à l’occasion du blocus des routes ­maritimes du caoutchouc (tiré de l’hévéa, celui-là) par les Allemands et les Japonais durant la Seconde Guerre mondiale, comme source alternative de caoutchouc naturel dans l’économie américaine, avant de retomber à nouveau dans l’oubli sitôt la guerre terminée. Il n’est alors en effet pas considéré comme suffisamment rentable comparé au caoutchouc d’hévéa et au caoutchouc synthétique, dans un marché fondé sur le court terme. Le guayule connaît pourtant depuis cette période des renaissances ou résurrections, toujours plus ­fréquentes et prometteuses, en fonction de cycles économiques et/ou politiques, comme l’histoire le confirmera.

38Le guayule en tant que plante ou plantation est non seulement peu exigeant à cultiver, puisqu’il s’acclimate facilement aux climats secs et aux sols arides, mais il résiste en outre à la plupart des maladies et parasites classiques, ainsi qu’à des températures relativement basses. Il produit un latex naturel aux propriétés hypoallergéniques, contrairement à celui de l’hévéa auquel au moins 6 % des individus sont reconnus allergiques. Son intérêt ne s’arrête pas là puisqu’il contient également des terpènes entrant dans la composition de résines et de colles, des ­lipides et des biomolécules utilisées en pharmacologie et cosmétologie. Après extraction du latex, les résidus ligneux sont utilisés pour fabriquer des planchettes de bois compressé et des briquettes de chauffage, et le résidu fibreux appelé bagasse est utilisée comme carburant et comme source d’énergie.

39La plante est donc utilisée dans sa quasi-totalité, et le procédé d’extraction ne nécessite pas de solvants, à l’inverse du caoutchouc d’hévéa. Le guayule connaît ainsi depuis peu un regain d’intérêt de la part des industriels et des agronomes dans des perspectives de développement durable et d’industrie propre, d’autant plus que les substituts artificiels du caoutchouc ne sont pas toujours satisfaisants en termes de durée et de résistance, selon les utilisations qui en sont faites.

40Par ailleurs, ses facultés d’acclimatation confèrent au guayule un autre atout de taille puisque sa culture permet de valoriser les zones arides et semi-arides de régions aux conditions ­climatiques difficiles telles que l’Afrique subsaharienne avec un intérêt économique évident et loin d’être négligeable dans le contexte de mondialisation actuel. Les tout derniers travaux portent d’ailleurs sur la conversion de la bagasse en biodiesel et en hydrogène.

41Autre clin d’œil écologique relativement récent : une application originale et prometteuse vient de voir le jour sous la forme de chaussures « biologiques », entièrement composées de caoutchouc de guayule, appelées cyclic shoes, dotées des propriétés ergonomiques et hypoallergéniques. Conçues sur le principe d’une corde de caoutchouc unique et homogène déroulée sans interruption, ces sandales épousent la forme du pied et le massent au rythme des ­mouvements de la marche.

42Enfin, d’après un article fondé sur des recherches très récentes et paru sur le site du quotidien mexicain La Jornada, le guayule possèderait des propriétés anticancérigènes10.

L’enjeu est donc ici de développer de nouvelles ressources naturelles en matière de caoutchouc dans le cadre du développement durable. 

43Pour dresser son portrait, le guayule est un arbuste originaire du sud-ouest des États-Unis et du nord du Mexique qui produit du caoutchouc naturel dans son écorce et ses racines, lequel présente des qualités quasiment identiques à celles du caoutchouc naturel issu de l’hévéa, principale source actuelle de caoutchouc naturel utilisé dans les pneus pour ses propriétés adaptées. Le succès commercial du guayule diversifiera les sources de cette matière naturelle pour l’industrie du caoutchouc en général et celle du pneu en particulier, mais également pour tout le domaine médical (gants, cathéters, préservatifs) en vertu des caractéristiques non ­allergènes de son latex. Il réduira de ce fait la forte dépendance actuelle en hévéa, ce dernier ayant une zone de culture limitée aux climats tropicaux proches de l’équateur alors que le guayule, doté d’une certaine rusticité, peut s’acclimater sur une zone très large, et notamment le bassin méditerranéen.

  • 11 Centre de recherche agronomique pour le développement.

44De plus, le guayule peut pousser dans des zones où ni céréales ni légumes ne le peuvent : des millions d’hectares de friches représentent donc des champs potentiels de guayule, puisque celui-ci ne demande ni eau ni engrais. Et, avantage décisif s’il en est, ce petit arbuste aux feuilles argentées, aux faux airs de lavande ou de romarin, se moissonne ! Finies les pénibles saignées manuelles d’arbres fragiles, ne donnant du latex que sept ans après plantation : quelques hommes et de gros engins spécialisés s’occupent de tout. La plante repousse d’elle-même, trois ans après elle peut à nouveau être moissonnée. Après broyage de la récolte, ­l’extraction du latex est propre, les résidus (la bagasse) étant aussi facilement valorisables en carburant ou en briquettes pour le chauffage. Au passage, on récolte aussi d’autres produits très intéressants, dont un puissant insecticide naturel anti-termite, le terpène, des lipides, des biomolécules pour la pharmacie ou les cosmétiques. En revanche, le guayule ne donne « que » 500 kilogrammes de caoutchouc à l’hectare contre 2 tonnes pour les meilleurs hévéas, mais les rendements ne cessent de s’améliorer. Il y a donc là de quoi renforcer – car il n’est pas question de faire mieux pour l’instant – le marché du caoutchouc naturel tiré de l’hévéa et ainsi ­desserrer l’étau des contraintes logistiques, industrielles, géopolitiques et écologiques. À titre d’exemple, la Chine dévore 30 % du caoutchouc naturel mondial et en requiert toujours plus, imposant d’inventer des solutions de complément viables et sûres, notamment pour les pneus très techniques destinés aux poids lourds ou à l’aviation. Le taraxacum koksaghyz ou pissenlit russe, est une alternative possible, mais le guayule présente l’avantage de pousser en Europe du Sud ; il est très sérieusement étudié au Cirad11 de Montpellier par les meilleurs spécialistes au monde, sous l’égide de l’Union européenne qui finance un projet de recherche sur le guayule et le pissenlit russe en Méditerranée dont les résultats prometteurs laissent désormais ­espérer la naissance d’une nouvelle industrie fondée sur ces plantes.

45Sur le continent américain, les biologistes s’activent pour produire des plants à croissance ­rapide et à haute teneur en caoutchouc. Les industriels expérimentent de nouvelles méthodes d’extraction du caoutchouc et d’utilisation des autres produits dérivés du guayule tels que les résines, cires et biocarburants.

46L’Afrique ainsi que d’autres régions du monde disposent, a priori, de vastes zones de climat favorable à cette culture, et les techniques d’extraction sont transposables d’un continent à ­l’autre. La culture du guayule peut, en outre, tout à fait s’appliquer au secteur humanitaire et permettre à certains pays d’en tirer des ressources exploitables et rentables, sans pour ­autant porter préjudice aux cultures existantes ou à l’écosystème indigène.

47Par ailleurs, l’étude EPOBIO (Economic Potential of Sustainable Resources – Bioproducts from Non-food Crops) encadrée par l’Union européenne a montré l’intérêt grandissant de développer une production alternative de caoutchouc naturel à partir du guayule. Celui-ci ne produit pas seulement du caoutchouc mais aussi des produits biosourcés dans la droite ligne de la chimie verte, la bioraffinerie et la bioénergie.

48La croissance économique durable requiert des ressources saines de matières premières. ­Aujourd’hui, la plupart des matières premières issues du pétrole ne sont ni durables car limitées, ni respectueuses de l’environnement car hautement polluantes. Alors que le secteur de l’énergie peut s’appuyer sur de nombreuses matières premières alternatives, l’économie des produits chimiques et des polymères est intrinsèquement tributaire de la biomasse végétale. L’utilisation industrielle des matières premières issues de l’agriculture, de l’agroforesterie et de l’entretien écologique des paysages pour les secteurs chimique, biotechnologique et énergétique est en pleine mutation ; elle constitue un exemple de développement de processus de bioraffinerie, clef d’une nouvelle production intégrée de combustibles, de biens et de matériaux économiquement viables.

49La raréfaction prévisible du pétrole, principale ressource de production des biens de consommation courante (produits chimiques et polymères) a généré depuis les années 1980 parmi les nations industrielles une politique de remplacement des ressources de carbone fossile par des ressources renouvelables, avec le développement du concept de « chimie verte » et des produits biosourcés qui en découlent.

50La transformation des produits issus du pétrole est longue, alors que la structure chimique et les propriétés des produits tirés de la biomasse permettent un traitement industriel réduit. En cela, ils rivalisent avec les carburants fossiles en termes de biodégradabilité du fait de leurs caractéristiques propres et d’un besoin nettement moindre en conservateurs et en additifs. La bioraffinerie met l’accent sur le concept de valorisation de la plante dans son intégralité pour une culture polyvalente en bioproduits comme en bioénergie et utilise les processus innovants de développement des biotechnologies. Le choix du développement durable verra, au cours du siècle, les polymères et autres produits chimiques issus des matières renouvelables ­remplacer progressivement les polymères et molécules issus de la pétrochimie. Différents projets européens visent à mettre en place une chaîne complète de production de biomasse gérée par les agriculteurs (sous forme de culture polyvalente), d’autres bioproduits à base de latex et de caoutchouc, de monomères et de polymères ainsi que de produits finis. Le guayule est déjà cultivé dans quatre pays méditerranéens (France, Espagne, Maroc et Italie). Le latex, le caoutchouc et les bioproduits issus de la biomasse du guayule cultivé sur un champ de 5 hectares en Espagne, dans la région de Murcie, sont extraits dans une usine-pilote utilisant le concept de bioraffinerie, sans aucun solvant mais par un processus d’extraction d’eau. Les produits ­extraits seront incorporés dans les chaînes de production des utilisateurs finaux. Le projet ­générera un marché de niche pour le caoutchouc non allergène et les produits biodérivés, avec des applications et une valeur ajoutée dans les industries chimique, médicale, automobile, plastique, adhésive et du bois.

51Si l’histoire de l’origine et du succès de l’hévéa en Asie a fait l’objet de nombreux livres scientifiques ou même de romans et autres ouvrages liés au monde de l’industrie, celle du caoutchouc naturel tiré d’autres plantes a été en revanche souvent ignorée, jusqu’à très récemment.

En conclusion…

52La traduction de cet ouvrage m’a d’autant plus passionné qu’il aborde différents domaines spécialisés (botanique, agronomie, économie, technologie et sciences de la vie) qui constituent le décor et la trame de ce livre relatant l’extraordinaire histoire du caoutchouc naturel.

53Si les plantes dites « laticifères » ou « à caoutchouc » en sont le fil conducteur, les personnages, célèbres pour la plupart, en incarnent, outre l’action et le spectacle, la substantifique moelle : politiciens éminents, experts agronomes alors inconnus, gouverneurs visionnaires, ­inventeurs extravagants, capitalistes assoiffés, promoteurs opportunistes, journalistes incisifs, stratèges militaires aux aguets, quakers pacifistes et citoyens ordinaires concernés, tous conscients du rôle capital échu au caoutchouc d’origine végétale depuis sa découverte, devenu indispensable – bien que souvent invisible – à notre quotidien, et au futur toujours plus ­prometteur.

54En retraçant tout un pan parfois méconnu de l’histoire économique, scientifique et politique de la production et de l’étude du caoutchouc naturel depuis la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours, les tentatives et les expérimentations menées, la stratégie employée et les recherches effectuées sur diverses plantes à latex, et plus particulièrement sur le guayule, cet ouvrage s’attache ­notamment aux temps forts propices à ces recherches et à l’application d’une agriculture spécialisée et éthique avant l’heure, adaptée à la demande et aux conditions socio-économiques du moment, à replacer aujourd’hui dans un contexte technologique éminemment favorable.

55Les produits issus de l’agriculture, utilisés comme matière première pour la production industrielle ou même pour la sécurité nationale, se sont avérés historiquement indispensables et ­illustrent l’importance des relations complexes ayant toujours existé entre les plantes et le pouvoir, comme le prouve l’histoire des manipulations végétales faites par l’homme bien avant l’apparition des biotechnologies et des ressources renouvelables au début du xxie siècle.

56De nos jours, la demande croissante en caoutchouc naturel des pays émergents comme la Chine, la crainte d’un nouveau terrorisme, le « bioterrorisme », sur les plantations d’hévéa, en particulier la maladie fongique sud-américaine typique des feuilles d’hévéa, la baisse des ressources pétrolières mondiales et les cours élevés du pétrole affectant le prix du caoutchouc d’origine minérale constituent un ensemble de facteurs propices à un regain d’intérêt pour le caoutchouc naturel issu de plantes comme le guayule et à la naissance d’une industrie propre.

57Au cours des soixante années écoulées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt de cultiver des plantes à caoutchouc ressurgit régulièrement. Les prédictions d’après-guerre selon lesquelles le caoutchouc de synthèse remplacerait intégralement le caoutchouc de ­l’hévéa se sont révélées erronées. Ainsi, les pneumatiques à structure radiale apparus dans les ­années 1970 imposent des caractéristiques que seul le caoutchouc naturel peut offrir. Or, les deux tiers de la production de caoutchouc d’hévéa sont assurés par trois pays seulement, l’Indonésie, la Thaïlande et la Malaisie. Même si ces pays connaissent une stabilité et une paix relatives, ils n’en restent pas moins sous la menace – et le reste du monde avec – d’une pénurie de caoutchouc liée à des troubles politiques ou sociaux.

58Aussi, en conclusion, pour reprendre une phrase de Mark Finlay qui illustre bien cette ­perspective, je ne serais aucunement étonné que « les sciences de la biologie produisent le même impact sur la création de nouvelles industries au xxie siècle que les sciences physiques et chimiques l’ont fait au xxe siècle ».

Haut de page

Bibliographie

Sources et liens utiles

www.cirad.fr

www.yulex.com

http://www.deltaplanttechnologies.com/

http://www.greenmaterials.fr/nouvel-ouvrage-guayule-et-autres-plantes-a-caoutchouc/

http://ur-biowooeb.cirad.fr/actualites/parution-guayule-et-autres-plantes-a-caoutchouc/%28language%29/fre-FR

http://www.universcience.tv/video-le-guayule-4091.html

Bibliographie

bellin Isabelle, 2009, « Quand le pissenlit vient au secours du caoutchouc », in Les Echos, 24 septembre 2009, disponible en ligne sur http://www.lesechos.fr/info/hightec/020146693684.htm

DOS SANTOS, Gwendoline, 2008, « Comme un goût de caoutchouc », in Le Point, 20 novembre.

PALU Serge et PIOCH Daniel, 2010, « Du caoutchouc naturel en Europe », in Pour la Science, n° 394, juillet-septembre, disponible en ligne sur http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article-du-caoutchouc-naturel-en-europe-25574.php

Tourneur Frédéric, 2009, « Les alternatives à l’hévéa mûrissent », in Plastiques et caoutchoucs magazine, n° 870, octobre, p. 21.

Débouchés commerciaux et industriels

http://blog.surf-prevention.com/2012/12/11/combinaison-patagonia-guayule/

http://www.j2rauto.com/lja/article.view/12694/bridgestone-plebiscite-le-guayule/16/fournisseurs

http://www.pawlica-design.com/realisation-designer-produit.html

http://www.industrie.com/chimie/versalis-et-yulex-veulent-produire-a-partir-du-guayule-en-europe,45816

http://www.greenmaterials.fr/category/valorisation/

Guayule et autres plantes à caoutchouc – De la saga d’hier à l’industrie de demain ? est la traduction française par Dominic Michelin de Growing American Rubber : Strategic Plants and the Politics of National Security, écrit par Mark Finlay, professeur d’histoire économique à l’université Armstrong Atlantic State (Atlanta, Géorgie, États-Unis). Mark Finlay est spécialisé dans l’étude historique de l’environnement et notamment de l’agriculture associée aux technologies de la biologie. Le livre a reçu en 2009 le prix T. Saloutus récompensant le meilleur livre sur l’histoire de l’agriculture, décerné par l’History of Science Society. Il est publié en français avec l’appui du Cirad, en lien avec le projet européen European-based Production and Exploitation of Alternative Rubber and Latex Sources (EU-PEARLS, projet 212817).

Haut de page

Annexe

Au café des traducteurs : que faites-vous pour la planète ?

Comment pouvons-nous, traducteurs et interprètes professionnels, réduire notre empreinte environnementale ? Traduire a interrogé des membres de la SFT. Une sélection de réponses est présentée ci-dessous : une véritable panoplie de gestes « verts » à adopter sans modération !

– Pour ma part, je favorise les équipements et les fournitures produits dans un souci écologique. Le taux de recyclabilité, l’efficacité énergétique et l’utilisation de matériaux recyclés sont des ­facteurs primordiaux dans mes choix.

– J’utilise mon vélo pour mes déplacements professionnels de proximité tant que la météo le ­permet. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, c’est généralement plutôt bien vu.

– Je remplace avantageusement les papillons jaunes collants (vous imaginez la masse de ­papier et de colle que ça représente, à l’échelle de la planète, en plus de cette mode consistant à les coller sur des dizaines de mètres carrés de fenêtres de bureaux pour faire des dessins ?) par des enveloppes usagées ou, mieux, par un cahier sur lequel je note tout et peux donc toujours retrouver une info, un numéro de téléphone, etc.

– Ma souris ne se nourrit que d’énergie produite par des batteries rechargeables plutôt que des piles jetables.

– En attendant le jour où les CD/DVD seront recyclés, je les entasse dans un coin et guette ce petit pas de l’humanité sur http://www.1milliondedvdpourlaplanete.net/​

– Recyclage de cartouches d’encre, il y a longtemps déjà ; je les fais remplir (imprimante jet ­d’encre). Le matériel informatique est porté à des organismes qui recyclent, réparent ou ­mettent à jour pour des écoles. Je n’imprime guère que mes factures de services de ­traduction ; celles que je reçois restent en PDF dans ma comptabilité. Je n’imprime aucun relevé de compte ­bancaire (que je ne reçois plus par la poste depuis déjà plusieurs années). Idem pour les relevés de carte de crédit, factures internet et téléphone portable que je conserve en fichier PDF. Je règle toutes mes factures par Internet. J’ai donc un gros paquet d’enveloppes que je n’utilise pas, je n’ai pas acheté de timbres depuis fort longtemps... et je n’ai pas de voiture.

– Dictionnaires électroniques et non plus papier. Recycler ses dicos papier auprès de programmes de traductions ou de bibliothèques, ce que je fais aussi pour d’autres livres ­auprès de ma bibliothèque municipale. Nous avons à Montréal dans les parcs des boîtes d’échange de livres ; vous en laissez et vous en prenez. Il existe aussi Bibliothèques sans Frontières : http://www.bibliosansfrontieres.org/​

– Je pratique le déchiquetage de documents et utilise des fils de papier pour alimenter un poêle, mais surtout dans un souci de ne pas jeter de documents insuffisamment ­déchirés et comportant encore nom et adresse, limitant ainsi le risque d’usurpation d’identité.

– À mon bureau (je ne travaille pas à domicile) j’ai fait installer un thermostat d’ambiance pour le chauffage et je constate déjà une différence de facturation par rapport à l’année précédente. Je suis en train de réfléchir à l’achat d’un vélo à assistance électrique pour mes ­déplacements.

– Pour limiter les déplacements, j’ai choisi de me faire livrer à domicile en commandant sur internet, en prenant soin de « rationaliser » l’opération : je tiens une liste sur le coin de mon bureau que j’alimente au fur et à mesure des besoins qui apparaissent, pour me limiter à deux ou trois commandes par an. Installée à mon compte depuis quelques années maintenant, j’arrive aussi à anticiper mes besoins. J’ai acheté une imprimante laser qui gère ­automatiquement l’impression recto-verso = gain de papier + gain de temps. Les feuilles imprimées uniquement sur le recto sont coupées en deux et attachées avec une grosse pince pour faire un petit bloc-notes qui remplace allègrement les « post-it ». Tout papier qui ne m’est plus d’aucune utilité passe dans mon broyeur de documents = les « fils » de ­papier me servent à démarrer mon poêle à bois l’hiver ou vont dans ma poubelle bleue (recyclés) l’été.

– La semaine dernière, j’ai fait mon premier dossier « tout numérique » de demande de prise en charge auprès du FIF-PL. Lorsque je pars pour des formations ou autres réunions, ­j’essaie de privilégier le train ou le covoiturage. Aucun appareil (à part la Box) n’est laissé en veille une fois la journée de travail terminée (écrans, imprimantes, ordinateur portable, etc.). Mon téléphone portable est éteint chaque soir. Cela économise la batterie.

– En plus des gestes classiques et quotidiens effectués dans la série « écolo », pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas encore ce moteur de recherche, contribuez à la ­protection de l’environnement : utilisez le moteur de recherche Ecosia. Je l’utilise depuis quelques jours maintenant et en suis très satisfait.

– J’ai branché mes périphériques (imprimante, scanner, disque dur externe) sur une prise multiple munie d’un interrupteur qui me permet de tout éteindre d’un seul coup. Idem pour le pôle TV, décodeur, etc.

– J’utilise la police Ecofont et choisis l’option « brouillon » avant d’imprimer. J’ai également scotché les capteurs d’encre de mon imprimante et ainsi doublé la durée de vie de mon toner. Voir ce lien : http://www.rue89.com/​2008/​08/​25/​plus-dencre-votre-imprimante-vous-ment-voici-pourquoi

… et la rédaction de Traduire, moins extrême que Jean-François Allain en page 8, attend ­l’invention de l’ordinateur hybride équipé d’une génératrice à pédalier qui permettra de ­fabriquer de l’électricité et de faire de l’exercice en travaillant !

Haut de page

Notes

1 Mark Finlay, Growing American Rubber: Strategic Plants and the Politics of National Security, 2009, Rudgers ­University Press, New Brunswick, NJ
Toutes les références ultérieures au texte américain renvoient à cet ouvrage.

2 p. 233.

3 Guayule et autres plantes à caoutchouc – De la saga d’hier à l’industrie de demain, 2013, Mark R. Finlay, trad. Dominic Michelin, éditions Quae, p. 244.
Toutes les références ultérieures au texte français renvoient à cet ouvrage.

4 p. 231.

5 p. 242.

6 p. 229.

7 p. 240.

8 p. 230.

9 p. 241.

10 http://ciencias.jornada.com.mx/noticias/obtienen-anticancerigenos-de-desechos-del-guayule (en espagnol)

11 Centre de recherche agronomique pour le développement.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo : D. Michelin.
URL http://traduire.revues.org/docannexe/image/590/img-1.png
Fichier image/png, 369k
Légende Illustration de Nicolas Lefebvre www.nikopoisson.tumblr.com nikopoisson@gmail.com
URL http://traduire.revues.org/docannexe/image/590/img-2.png
Fichier image/png, 938k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominic Michelin, « Le guayule, plante historique du futur ? », Traduire, 229 | 2013, 49-66.

Référence électronique

Dominic Michelin, « Le guayule, plante historique du futur ? », Traduire [En ligne], 229 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traduire.revues.org/590 ; DOI : 10.4000/traduire.590

Haut de page

Auteur

Dominic Michelin

Dominic Michelin, traducteur indépendant depuis trois ans est installé en Côte d’Or (combinaisons l­inguistiques EN-FR / ES-FR). Il a une formation littéraire et linguistique et a précédemment travaillé dans le commerce international/export et la communication multiculturelle. Il a notamment été responsable de la communication et traducteur dans le domaine du transport aérien et de l’aéronautique, l’action ­humanitaire et l’agronomie, et enseignant en français langue étrangère (Canada, Australie). Il est diplômé de l’université de Dijon-Bourgogne (Master en Stratégies de communication internationale, 2001), de l’université Paris VII et de l’ISIT (Master en Industrie des langues et Traduction spécialisée, 2010). ­Domaines de ­spécialité : écotourisme et industrie du voyage, transport aérien et aéronautique, action humanitaire et environnement, vitiviniculture et œnologie, botanique et agronomie, sports et loisirs. ­Lauréat du concours de traduction « On traduit dans l’Estrie » 2012. Voyageur et amateur d’activités de plein air.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org