Navigation – Plan du site
Billet d’humeur

De l’inconstance de la langue française

Claudie Pons
p. 103-104

Texte intégral

1Aujourd’hui, ce qui me tracasse dès potron-minet, c’est l’inconstance de la langue française qui nous joue des tours pendables quelquefois.

Je dois vous avouer en préambule que j’ai toujours un PC (papier/crayon) à mon chevet ­(expression empruntée à une consœur qui se reconnaîtra certainement !).

2Adoncques, je me réveille avec un mot qui trotte dans ma tête : exclure. D’ores et déjà, cette ­notion met le moral dans les chaussettes avant de les avoir enfilées. Alors, au lieu de m’exclure et de friser la déprime en remettant la tête sous la couette, je décide de me le contorsionner un peu, ce mot-là, histoire de me mettre à la verticale positive. Et je tombe fatalement sur « exclu ». Au féminin ? Je laisse divaguer mon esprit. Ça donne « exclue », bien sûr. Et pourquoi pas « excluse » ? Meuh non, on n’est pas sur le Canal du Midi. Alors, pourquoi pas « exclute » ? Ben ça, c’est mignon, tiens, vers 6 heures du mat’. Je sais que ce n’est pas vrai, mais je l’adopte.

3Mais pourquoi « exclue » et « recluse » ? Bon, je sens que ce n’est pas folichon de commencer la journée sur de tels exemples (et pour vous non plus, d’avoir affaire à une telle terminologue en herbe, bien que cette dernière, dont le Grand Robert à portée de main veille sur le sommeil, note que « exclue » vient du latin excludere et « recluse » du latin recludere… Alors ? ? ? sag warum ! ! !). Donc, je me propose « exclute » et « reclute » par souci d’homogénéité, et ça sonne assez bien, d’ailleurs.

4Toujours en position horizontale et dans les plumes, je poursuis ma pensée et je tombe sur « repu » (de repaître). Le dialogue au restaurant s’impose : « Ah, c’était délicieux, je suis ­repute ! » – « Ah bon ? Tu as repris ton métier d’antan ? »

5Encore un petit dernier avant le lever de la Reine, pas très gai non plus, celui-là : « perclus ». Pourvu que ce ne soit pas le cas pour moi en posant le pied par terre. Lui, il vient de perclusus, mais ce n’est pas une raison. Allez hop ! « perclute ». Ça donne un peu plus de punch, non ?

6Ayant ainsi pensé régler un problème qui doit être délicat pour moult de nos congénères, je peux donc sauter du lit avec la vague satisfaction de soupçonner un sourire au coin de vos lèvres.

Vous êtes toutes et tous aimablement conviés à en chercher d’autres et à les divulguer !

7Et voilà une affaire conclute (de concludere). Dans ce monde de brutes (tiens, encore un), et même si je vous entends maugréer « Mékélec…, Mékélec… Mékéla… raison » – rapport au « compte rendu » sans trait d’union, hé oui, j’ai le triomphe modeste et tardif –, je vous ­propose humblement d’essayer de commencer chaque journée sur une note positive, et vous l’aurez peut-être déjà compris par vous-même : « l’humour n’est pas le contraire du sérieux, mais de la soumission ». Je vous prête volontiers cette citation si vous en faites bon usage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudie Pons, « De l’inconstance de la langue française », Traduire, 229 | 2013, 103-104.

Référence électronique

Claudie Pons, « De l’inconstance de la langue française », Traduire [En ligne], 229 | 2013, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://traduire.revues.org/606

Haut de page

Auteur

Claudie Pons

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org