Navigation – Plan du site
Rétrospective n°20

Rétrospective N°20

Maurice Voituriez
p. 105-106

Est-ce une Révolution de 1789 ? Notre rédactrice en chef de l’époque, Caroline Mandron, ­annonce que notre revue « change de peau », notamment grâce à la PAO. Elle fait appel aux lecteurs pour qu’ils participent davantage, qu’ils réagissent, qu’ils écrivent. Pareille exhortation reste d’actualité malgré le changement de peau !

Le premier article est une traduction, due à votre serviteur. Il s’agit d’un texte allemand d’Imma Kunz intitulé « Traduire au cinéma » et consacré à l’activité cinématographique de notre ­fondateur P.-F. Caillé. On sait que ce dernier se présentait comme cinéaste. Il pratiquait cette profession déjà en 1936, mais travaillait déjà pour l’édition. Si le livre Autant en emporte le vent, puis le film synchronisé par lui, devaient lui assurer la notoriété, il réalisa par la suite le sous-titrage et la synchronisation de 395 films. Qui dit mieux ?

Ses talents étaient multiples. Il ne travailla pas seulement sur des films américains mais aussi espagnols, allemands, japonais et russes (Guerre et Paix). Du fait même de leur nombre et de leur diversité, tous ces films n’étaient pas d’une égale qualité, ne serait-ce que sur le plan linguistique dans la langue-source.

Il est bon de savoir qu’un synchronisateur n’a pas nécessairement besoin de maîtriser ladite langue-source. À la différence des traducteurs littéraires, il peut procéder à la transcription phonétique en partant d’une traduction fiable. Sauf erreur, P.-F. Caillé ne parlait pas le japonais, mais il s’y entendait – si on peut dire – en traitement phonétique.

Nous avons dit que notre fondateur pratiquait également le sous-titrage. Ce procédé a toujours ses adeptes qui préfèrent voir un film en version originale. Malheureusement, le sous-titrage, réalisé après le tournage et avant la distribution à l’étranger, soumis à des contraintes ­commerciales sévères et à des délais réduits, n’est pas toujours linguistiquement parfait ni ­fidèle.

Quant à la synchronisation, elle posait de sérieux problèmes techniques à l’époque où Imma Kunz a mené son enquête et elle y consacre la majeure partie de son article, fruit de nombreux entretiens et de nombreuses visites à la Cinémathèque française. Nous devons à la vérité de dire que plusieurs membres de la SFT, spécialisés, selon eux, dans le domaine de la synchro, avaient émis des objections. Nous leur avions suggéré de les mettre par écrit pour en faire ­bénéficier le lectorat de Traduire mais, telle Sœur Anne, nous n’avons rien vu venir !

Un détail avait à l’époque retenu notre attention. Imma Kunz estimait que dans le domaine de la censure au cinéma la France était bien plus libérale que les pays anglo-saxons. Nous ne partagions pas ce point de vue qui, selon nous, n’est exact qu’en matière de morale, non en matière idéologique ou historique. Un quart de siècle plus tard, nous confirmons et signons ! Dans un prochain numéro nous aurons l’occasion d’y revenir.

En tout cas, au-delà de sa valeur propre, de sa documentation et de la somme de travail qu’il représente, cet article sur P.-F. Caillé méritait d’être particulièrement mentionné, car notre ­fondateur était un homme talentueux et dynamique. Nous pensons à ce que furent ses ­démarches en vue de la création de la FIT et de l’admission de celle-ci en tant qu’ONG.

L’Europe n’était encore qu’une espérance et la circulation des personnes, des biens et des idées fort limitée.

Nous avons eu l’honneur de connaître P.-F. Caillé car, en plus, nous étions voisins. Comme tous les êtres de valeur, il était modeste et discret. Un livre et un film lui avaient apporté célébrité et profit et c’est peut-être là un symbole. Le genre littéraire et le genre technique (adaptation au cinéma) sont complémentaires. Il n’y a heureusement pas de frontière hermétique entre les deux.

  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org