Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les images et les écrans sont omniprésents dans notre société. Et le rapport entre image et texte n’est pas anodin. Est-il besoin de dire que la traduction d’un texte associé à des images ne peut faire abstraction de ces dernières ? Formulée de cette façon, la réponse semble aller de soi mais il m’est souvent arrivé de devoir réclamer les illustrations qu’un donneur d’ordre avait volontairement omis de joindre au texte à traduire (quel intérêt ?) - et je suis sûre que beaucoup d’entre vous ont des souvenirs similaires. Heureusement, je pense (j’espère) qu’il ne viendrait à personne l’idée de demander à un traducteur-adaptateur de traduire un dialogue de film sans lui donner la possibilité de visionner celui-ci dans sa version originale, images et son !

  • 1 http://ataa.fr/revue/, voir aussi l'annonce en page 132.
  • 2 Ainsi que d'une thèse intitulée Le doublage et le sous-titrage des films en France depuis 1931 : co (...)
  • 3 Forum des Halles, Paris.
  • 4 Leur mission : traduire les séries en 24 heures chrono, Télérama n° 3353 du 23 avril 2014.

2Ce cahier thématique sur l’interaction image-texte-traduction n’aurait sans doute pas existé si nous n’avions eu l’assurance de la participation de nos collègues de l’Association des traduc­teurs/adaptateurs de l’audiovisuel (ATAA), et en particulier de Samuel Bréan, Jean-François Cornu et Anne-Lise Weidmann, qui constituent à eux trois le comité de rédaction de l’excel­lente revue en ligne L’écran traduit1 qui vient tout juste de publier son troisième numéro. Jean-François Cornu étant, en outre, l’auteur d’un ouvrage sur le doublage et le sous-titrage2 à paraître prochainement, ses deux complices lui ont demandé de nous éclairer sur ses recherches. L’entretien qu’ils ont mené nous brosse un passionnant historique de ces deux activités dont la nécessité s’est imposée dès la naissance du cinéma parlant. La question du doublage ou du sous-titrage n’est bien sûr pas limitée aux longs métrages. Elle se pose pour toutes les formes cinématographiques, conçues pour le grand comme pour le petit - voire désormais le très petit - écran : courts métrages, documentaires, fictions, films d’animation, séries... Ces dernières connaissent un succès croissant, comme en témoigne l’organisation annuelle par le Forum des images3 du festival Séries Mania, dont la cinquième édition s’est déroulée en avril dernier. Les fans de séries étant particulièrement impatients, la question de la langue prend pour les séries un caractère d’urgence. Si les sociétés de sous-titrage exigent des traducteurs professionnels qu’ils aillent toujours plus vite, des pratiques de traduction « sauvages » par des amateurs se sont développées et la question soulève un certain intérêt médiatique. L’hebdomadaire Télérama y a par exemple consacré un article4 à l’occasion du festival sus-cité qui programmait une table ronde intitulée Sous-titrer en 24 h chrono : coulisses d’une performance. Samuel Bréan nous donne son avis sur le fansubbing et le surprenant engouement qu’il suscite.

3Tatiana Lo lacono nous présente, quant à elle, l’expérience italienne de SudTITLES, association qui est justement née du travail de sous-titrage d’une équipe d’amateurs pour un festival, et a progressivement évolué vers une spécialisation professionnelle. Difficile de parler de traduction au cinéma dans Traduire sans évoquer la figure tutélaire de Pierre-François Caillé. Maurice Voituriez faisait allusion dans sa Rétrospective n° 20 à un article d’Imma Kunz sur le sujet, traduit par lui-même et publié dans nos colonnes en 1989. Nous vous proposons d’en découvrir le texte intégral. Le cinéma est ensuite abordé sous un autre angle par Graham macLachlan qui s’est intéressé aux personnages de traducteurs (et d’interprètes) dans les longs métrages.

4Mais l’image n’est pas forcément cinétique et son interaction avec le texte est tout aussi déci­sive dans les livres, comme nous l’explique Géraldine Oudin qui nous livre ses réflexions sur la traduction d’un ouvrage de loisir créatif et remarque la présence croissante des illustrations dans ce type d’ouvrage. Les images ont toujours eu une place de choix dans les albums pour enfants où elles rivalisent et s’entremêlent avec le texte, au point de faire partie intégrante de l’histoire. Cette interaction particulièrement étroite entre texte et image pose souvent des problèmes quand il s’agit de traduire (ou de transposer) des albums illustrés dans une autre langue. Margherita Ippolito analyse avec esprit les versions française et italienne d’un bestseller de la littérature enfantine, In the Night Kitchen, de l’américain Maurice Sendak. Le problème ne se simplifie pas avec la bande dessinée et ses bulles. Giovanni Zucca nous décrit avec un plaisir contagieux son rapport à la « bédé », lui qui a beaucoup lu de bandes dessinées avant de devenir traducteur d’édition puis d’aborder la traduction des Aventures de Tintin !

5Il revient à Jean-François Allain de clore ce cahier thématique avec un billet sur la traduction de l’expression What else ? qui réussit le tour de force d’évoquer en trois pages cinéma, publicité, télévision, bande dessinée et poésie, ainsi qu’un compte rendu des actes du colloque organisé par la Sorbonne sur Le Tour du monde d’Astérix. Surtout, ne manquez pas son exer-cicepratix !

6Hors cahier, Anne-Charlotte Perrigaud nous éclaire sur un phénomène qui, d’une façon ou d’une autre nous concerne tous : le développement du big data et du cloud computing. Elle nous présente un état des lieux très clair, dégageant les conséquences, bonnes ou mauvaises, de cette évolution. Un traducteur averti...

7Dans la deuxième partie de son brillant exposé sur l’interprétation consécutive officielle, Gilles Ouvrard passe en revue les principaux aspects pratiques d’une mission. Où l’on apprend que l’interprète officiel est une sorte de sportif de haut niveau !

8Andrea Genovese, rédacteur de Belvedere, « Journal poétique, critique et humoral en langue française, italienne et sicilienne », nous offre deux comptes rendus, le premier concerne la manifestation Lumières d’ailleurset le second la première publication en français d’un ouvrage du suédois Horace Engdahl. Ce numéro se termine sur L’Émeute des mots (le comble du traducteur ?), un joli feu d’artifice stylistique écrit par Nicole Mordelet à l’occasion de la semaine de la langue française et de la francophonie 2014.

9Signalons enfin que la publication des articles de G. Zucca et de T. Lo Iacono est la consé­quence directe d’un échange franco-italien qui s’est déroulé en novembre 2013, à l’initiative de Julien Donadille, Chargé du livre à l’Ambassade de France en Italie et d’Éric Biagi, Directeur de l’Institut français de Palerme. Vanessa De Pizzol et Hélène Ladjadj ont ainsi été invitées à représenter Traduire à Palerme dans le cadre du programme INTER(ri)VISTE5. Elles ont notamment rencontré des membres du comité de rédaction de la revue italienne Strade Magazine et participé avec eux à une table ronde sur le métier de traducteur. Elles rendent compte de cette manifestation en ouverture du numéro.

  • 6 Prix du Jury 2014 avec Mommy de Xavier Dolan. À noter que la Palme d'or est allée à un film du réal (...)

10À l’heure où j’écris ces lignes, le Festival de Cannes s’achève, la grande fête internationale -mondiale - du cinéma... qui n’aurait que peu de sens sans le travail des traducteurs-adapta­teurs, à moins de dire comme Jean-Luc Godard, Adieu au langage6 ce qui ne peut être qu’une nouvelle provocation du plus célèbre des cinéastes suisses !

Haut de page

Notes

1 http://ataa.fr/revue/, voir aussi l'annonce en page 132.

2 Ainsi que d'une thèse intitulée Le doublage et le sous-titrage des films en France depuis 1931 : contribution à une étude historique et esthétique du cinéma, Université Rennes 2, 2004. Cf. http://www.theses.fr/2004REN20054.

3 Forum des Halles, Paris.

4 Leur mission : traduire les séries en 24 heures chrono, Télérama n° 3353 du 23 avril 2014.

5 http://institutfrancais-palermo.com/fr/événements/rencontres-et-débats/entrerevues-2013-le-metier-de-traducteur.

6 Prix du Jury 2014 avec Mommy de Xavier Dolan. À noter que la Palme d'or est allée à un film du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, qui se déroule en Anatolie et est cependant présenté au public anglais sous le titre anglais (ou faudrait-il dire américain ?) de Winter Sleep. Bizarre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Wirth, « Édito », Traduire, 230 | 2014, 3-5.

Référence électronique

Françoise Wirth, « Édito », Traduire [En ligne], 230 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://traduire.revues.org/610

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org