Navigation – Plan du site
Cahier « Vin et gastronomie »

La langue des vignes. Vitis vinifera, une liane invasive à la terminologie exubérante

Dominic Michelin
p. 20-39

Texte intégral

  • 1 Prisons et Paradis, 1932, Paris, J. Ferenczi & Fils, p. 71.

Seule, dans le règne végétal, la vigne nous rend intelligible ce qu’est la véritable saveur de la terre. Quelle fidélité dans la traduction ! Elle ressent, exprime par la grappe les secrets du sol.
Colette1

1Quel meilleur aphorisme pour lancer une réflexion sur la traduction liée au domaine de la culture de la vigne et aux nombreux sous-domaines qui en émanent ? L’univers de la vigne et du vin constitue en soi un véritable vivier terminologique, culturel et sociologique parfois digne d’une jungle. Aussi, comme avant d’introduire toute culture sur un terrain encore sauvage et touffu, il convient de procéder à un défrichage à la fois historique, botanique, sémantique et terminologique.

Illustration de Casal parue dans Le Nouvelliste (Suisse) et réalisée pour le site http://www.sigales.fr/​etudes_sols_terroirs/​contacts_sigales.html

Illustration de Casal parue dans Le Nouvelliste (Suisse) et réalisée pour le site http://www.sigales.fr/​etudes_sols_terroirs/​contacts_sigales.html

2Avant de devenir traducteur et de me spécialiser dans certains domaines agronomiques dont celui de la vigne et du vin, j’ai occupé différents postes liés au commerce et à la communication dans un cadre international, notamment pour un négociant en vins de Côte-d’Or. Mon travail, outre le suivi des commandes et la prise en charge des clients étrangers dans la triple combinaison linguistique français-anglais-espagnol, consistait à faire visiter les parcelles et la cave ancestrale du domaine et à animer les dégustations, autant dire une mission récurrente d’interprétation qui nécessite de bien connaître non seulement les termes appropriés mais aussi – et surtout – l’« amont » du vin (origine, terrain, culture, histoire) afin de bien pouvoir parler de l’« aval », le jeu de mots sur ce dernier terme étant évidemment fortuit, puisque comme chacun sait, lors de la dégustation, le vin est servi, observé, humé, goûté, et bien sûr recraché !

3Depuis que je suis traducteur, j’ai eu l’opportunité – et le plaisir – d’utiliser ces connaissances et cette expérience en différentes occasions : traduction d’un questionnaire d’examen en sommellerie, retranscription de scripts d’un film sur les dégustations de porto, communiqués de presse pour une maison de champagne ou encore comme interprète pour une tonnellerie de ma région, mission qui m’a notamment rappelé l’importance extrême du contenant, le fût en l’occurrence, dans la qualité d’un vin prestigieux. L’objet de cet article est donc de donner un aperçu de la typicité de ce domaine et du vocabulaire spécifique requis pour un traducteur-interprète, tout en essayant de montrer et de transmettre l’intérêt et le plaisir que l’on peut en tirer.

  • 2 Historiarum Philippicarum, XLIII. Justin est un historien romain du iiie siècle.

4Les peuples méditerranéens commencèrent à sortir de la barbarie quand ils apprirent à cultiver l’olivier et la vigne. Justin2

5Immémoriale, la culture de la vigne est liée à l’activité agricole humaine depuis ses balbutiements. D’abord pratiquée en Europe et en Asie (Moyen-Orient, Caucase), son réel essor est à mettre à l’actif – via les Phéniciens – des Grecs et des Romains qui en développent l’attrait et l’intérêt dans le reste des régions européennes et méditerranéennes quelques siècles avant le début de l’ère chrétienne. En réalité, le vin serait apparu 11 000 ans avant notre ère, quand l’oubli supposé de quelques grappes de raisin au fond d’une cruche révélèrent tout l’intérêt de la fermentation de ces fruits, jusque là simplement consommés à maturité. On peut imaginer que les premiers échanges de cette denrée déjà prometteuse ont nécessité le recours à des traducteurs et des interprètes pour transmettre l’ensemble des techniques de culture, de fabrication et de consommation, sans parler de la promotion, de la vente et de l’exportation de ce tout nouveau produit nécessitant déjà des connaissances et un savoir-faire appropriés.

6L’art de planter, replanter, tailler et cultiver la vigne fut surtout pratiqué par les Grecs et les Romains qui l’érigèrent en véritable culture dans les deux sens du terme. L’Italie, grâce aux Étrusques, Carthaginois et Romains, fut le premier territoire d’implantation à grande échelle de la vigne et de son commerce. Au fur et à mesure de l’extension de l’Empire romain, des vignobles furent plantés à proximité des lieux de garnison afin d’approvisionner l’armée et de remonter le moral des troupes, marquant incidemment la genèse d’une certaine géographie viticole européenne. Par la suite, l’expansion du christianisme préconisant l’usage du vin autant dans le cadre ecclésiastique que médicinal, contribuera au développement de la viticulture en Europe au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne avec l’apparition de nombreux monastères et sites dédiés qui en intensifieront la pratique et la consommation, ainsi que l’influence sociale. Les propriétés aussi multiples que mystérieuses de ce liquide complexe justifient d’ailleurs son rôle central dans bien des rites religieux ou païens. L’art comme les représentations historiques et culturelles prendront en outre la vigne comme symbole incontournable de la vie et de la civilisation occidentale.

Présentation botanico-agronomique

7Mais commençons par le début : la vigne (genre botanique vitis) est un arbrisseau ligneux de la famille des Vitaceae (ou Ampélidées) et comporte deux sous-genres déclinés en plusieurs dizaines d’espèces. Elle croît dans les régions chaudes ou tempérées et compte de multiples espèces dont la vitis vinifera, cultivée pour ses fruits en grappes appelés raisins, qui constitue par essence la principale espèce des vignes cultivées en Europe et dans le monde. Le jus de ces raisins possède la propriété naturelle de se transformer en vin après fermentation alcoolique.

  • 3 Type végétal résultant d’une sélection, d’une mutation ou d’une hybridation (naturelle ou provoquée (...)

8Ladite vitis est à l’origine de très nombreux cultivars3, appelés cépages, qui produisent des vins de différentes qualités dont ils déterminent en grande partie l’arôme et le goût, et dont la complexité demeure encore aujourd’hui mystérieuse, fruit de divers facteurs allant du plant au territoire en passant par le climat, avant même de parler de la vinification.

  • 4 Alcoolique : qui contient de l’alcool ; alcooleux : qui contient de l’alcool en forte concentration (...)
  • 5 Parfumé.

9La vigne préfère les sols caillouteux et poreux qui se réchauffent facilement, tels les terrains siliceux qui produiront des vins plutôt légers, ceux essentiellement argileux qui engendreront des vins colorés, alcooliques, corsés et tanniques, ou encore ceux à dominante calcaire qui donneront naissance à des vins alcooleux4 et bouquetés5. En l’occurrence, la célèbre « Côte » bourguignonne réunit les trois, ce qui explique en partie la richesse et la variété de ses vins. La vigne est capable de se développer en maints endroits du monde y compris en des lieux assez inattendus, même s’il convient de reconnaître que les régions où elle est cultivée intensivement se situent entre le 30e et le 50e parallèle en raison de l’équilibre idéal atteint en termes de température, d’ensoleillement et de précipitations, et du fait que ces contrées ont pour la plupart bénéficié des traditions culturelles et culturales européennes en la matière au cours de leur histoire. Si la vigne est extrêmement sensible au type de sol et au climat, elle possède une surprenante capacité d’adaptation climatique et géographique, au vu des pentes et des hauteurs exceptionnelles qu’elle gravit et atteint dans certaines parties du monde et des fortes amplitudes de température qu’elle supporte pour produire au final d’excellents vins, notamment quand ces conditions naturelles l’obligent à lutter pour survivre. Ainsi, quelques arpents de vigne judicieusement situés sont susceptibles de créer – avec l’aide de l’homme – une cuvée mémorable ! Cette plante constitue donc un spécimen d’étude botanique éminemment intéressant pour la recherche agronomique.

10Au fil du temps, la vigne a été introduite sur tous les continents, et la viticulture a pris une réelle importance en Amérique, en Australie, en Afrique du Sud et en Chine, pour ne citer que les régions les plus florissantes de ce qui est communément appelé le « Nouveau Monde ». Elle est aujourd’hui cultivée, sous forme d’alignements, de treilles ou encore de cultures palissées, aux quatre coins de la planète, démontrant ainsi ses qualités d’adaptation géographique, son ancrage historique et son influence culturelle et linguistique. Et pourtant… Il s’en est fallu de très peu que son destin, et celui du vin, ne bascule dans l’oubli à la fin du xixe siècle.

Le phylloxéra, un fait historique déterminant

11Tout le monde ou presque a entendu parler du phylloxéra, responsable de la quasi-éradication des plants de vigne européens. Le Phylloxera vastatrix, improprement nommé à l’origine (parasite des feuilles), est un minuscule mais redoutable insecte découvert peu avant 1870, qui s’attaque aux racines des plants de vigne en se dissimulant dans le sol. Comble d’ironie, il provient du continent américain via des plants importés en Europe à des fins de recherche sur un autre parasite, un champignon appelé oïdium. Ses morsures, mortelles et dévastatrices pour les plants européens (le vignoble français fut réduit de moitié en dix ans), furent heureusement inoffensives pour les plants américains, notamment le typeVitis labrusca. Il fut donc procédé, après des dizaines d’années de lutte et de dévastation, à un greffage progressif des plants français sur des porte-greffes américains, résistants, eux, à leur compatriote d’insecte. Autre belle surprise et joli retournement de l’histoire, les plants français greffés ne perdirent aucunement en qualité !

12La vigne est une plante qui peut vivre très longtemps. Peu de gens le savent, mais il existe encore quelques rares vignes dites « préphylloxériques ». C’est le cas de la « vigne de la ferme Pédebernade », située dans le Val d’Adour près du piémont pyrénéen, à Sarragachies (Gers), au cœur de l’appellation Côtes-de-Saint-Mont, et dont la plantation remonte aux environs de l’année 1820. Particularité extraordinaire, elle conserve des pieds non greffés endémiques au piémont pyrénéen ayant échappé au phylloxéra à la fin du xixe siècle, et a même été inscrite au titre des monuments historiques en 2012, une première en France. Par ailleurs, la maison Bollinger, en Champagne, produit une cuvée Vieilles Vignes Françaises à partir d’un vignoble épargné par le phylloxéra. Ces vignes sont franches de pied (non greffées), conduites en foule (à l’alignement aléatoire) et travaillées manuellement. Cette cuvée n’est commercialisée que millésimée, et permet de retrouver le goût du Champagne tel qu’il était au xixe siècle.

13Au Portugal, dans la vallée du Douro, une parcelle de vigne appelée La Nacional couvrant 2,5 hectares et produisant le rarissime Porto Vintage Noval Nacional, a elle aussi été épargnée par le phylloxéra. En Australie, dans la Barossa Valley, le vignoble de Langmeil planté en 1843 a été classé au Barossa Old Vine Charter pour empêcher son arrachage. Enfin, l’unique pays de culture de vigne au monde où le phylloxéra n’a jamais pénétré est le Chili, où toutes les vignes sont donc « franches de pied » ou « à pied franc ».

14Et savez-vous où se trouve la vigne la plus ancienne du monde ? À Maribor en Slovénie, où elle fut plantée il y a… 400 ans. Cette stara trta (« vieille vigne » en slovène) croît le long de la façade de la Maison du vin, musée dédié au vin et à la vigne, et produit 35 à 55 kilos de raisins par vendange dont le vin est conditionné dans une centaine de bouteilles miniatures.

De l’importance du contexte… en viticulture aussi !

15Avant d’entamer la partie purement terminologique de la viticulture, penchons-nous sur les facteurs majeurs influençant les spécificités de la vigne et du vin.

16On sait depuis longtemps que le climat influence considérablement le développement de la vigne et donc la qualité gustative du raisin et du vin. Le climat, s’il est essentiel en termes de pluviométrie, de température, d’ensoleillement et de luminosité, ne doit cependant être ni trop froid ni trop chaud, car il influe sur l’acidité et la teneur en sucre du raisin et sur les incontournables polyphénols (molécules organiques présentes dans le règne végétal, et dont le rôle éminent d’antioxydants s’avère extrêmement bénéfique pour la santé), autrefois appelés – et pour cause – tannins végétaux.

17Le soleil est un facteur crucial du caractère final du vin. En captant l’énergie solaire, les feuilles de la vigne emmagasinent de la chaleur qui transforme les amidons des feuilles en sucres. Pour schématiser, beaucoup de soleil égale beaucoup de sucre mais insuffisamment d’acidité, sachant que c’est l’acidité qui donne sa structure au vin et que c’est le sucre qui alimente les levures produisant l’alcool. Trop peu de soleil implique un excès d’acidité et un taux insuffisant d’alcool dans le vin.

18La pluie, quant à elle, affecte non seulement la quantité mais aussi la qualité du raisin, et en rend les grains gros, fermes et juteux ou petits, resserrés et plus secs selon son abondance. Au moment des vendanges, elle peut se révéler particulièrement calamiteuse en favorisant certaines maladies, champignons ou parasites nocifs, par une humidité permanente sur toutes les parties végétales.

  • 6 Taillée comme un bonsaï, arbre maintenu nain en pot par une taille régulière.

19L’emplacement géographique, la composition du sol et la structure géologique constituent les autres facteurs déterminants du développement de la vigne et de la qualité de sa production. En effet, un sol de qualité est la condition sine qua non d’un bon raisin qui est lui-même la condition sine qua non d’un bon vin. Le sol doit être poreux pour favoriser le drainage car si la vigne aime la chaleur, la sécheresse et le soleil, il lui faut un minimum d’eau. D’une façon générale, la vigne ne doit pas être prospère, mais plutôt « bonsaïsée6 » pour l’obliger à chercher dans le sous-sol en profondeur via le système racinaire les divers nutriments indispensables à l’élaboration d’un bon raisin, et donc d’un bon vin.

20Enfin, pour terminer cette présentation du cadre naturel, intéressons-nous à cette notion qui prévaut par-dessus tout en viticulture, celle de « terroir ». Ce terme spécifiquement français souvent confondu avec « territoire », va bien au-delà de la combinaison complexe du sol, du climat, du travail de la vigne (humain ou mécanique) et de l’attention qui lui est prodiguée tout au long de sa croissance. Le mot « terroir » désigne en fait un territoire avec ses particularités physiques, ses productions, ses traditions, sa culture, individuellement et collectivement façonnés par l’activité et le caractère des personnes qui y vivent et y travaillent. Cette notion, essentielle afin d’en rendre tout l’impact et toute la précision dans une traduction selon le contexte, est détaillée dans la partie suivante consacrée à la terminologie.

Balade étymologico-terminologique

21Pour intégrer l’ensemble du vocabulaire de la viticulture, il convient de commencer par quelques remarques d’ordre étymologique. Car si le mot « vigne » désignait à l’origine en latin (vinea) le lieu où l’on cultive la plante (vitis) aujourd’hui éponyme en français, il s’applique désormais autant à la plante qu’à la parcelle ou au domaine où celle-ci est cultivée à grande échelle. Rappelons à ce sujet que le terme « vigne » en français peut revêtir jusqu’à quatre acceptions distinctes : la plante, la parcelle, la souche ou pied et, au pluriel, un domaine planté d’une ou de plusieurs vignes !

22Et si les termes dérivés de « vigne » tels que « vignoble » et « vigneron » s’avèrent assez transparents, en revanche, la « vignette », aux multiples significations qui semblent pourtant bien éloignées du mot « vigne », en dérive bel et bien. En effet, jusqu’au xvie siècle, on appelait ainsi les ornements en forme de pampres et de ceps dont on décorait les coupes ou les fourreaux d’épée avant que le mot ne passe dans le vocabulaire de l’imprimerie pour désigner de petites gravures ou illustrations et, enfin, dans une évolution plus récente, de petites images séparées, comme les timbres ou les illustrations. Autre méandre étymologique intéressant, la « vis », d’apparence si commune, vient en droite ligne – si l’on peut dire – de vitis, pour, vous l’aurez compris, la forme vrillée si particulière de son pied appelé cep. Le mot « viniculture », autrefois synonyme et demeuré quasi-homonyme – trompeur – de « viticulture », désignait alors l’ensemble des activités ayant pour but la production du vin, englobant la culture de la vigne et la fabrication du vin. Ces termes, apparus dans la terminologie de la vigne et du vin au cours du xixe siècle, doivent être aujourd’hui dissociés, pour bien distinguer les activités de culture de la vigne (viticulture) et les activités ayant pour but l’élaboration du vin (viniculture). Cette évolution lexicologique a naturellement entraîné l’apparition du terme « vitiviniculture » ou « viti-viniculture » pour désigner la réunion des deux activités que pratique souvent une même personne ou une même entreprise. Les substantifs « viticulteur », « viniculteur » et les adjectifs « viticole », « vinicole » et « viti(-)vinicole » procèdent de la même origine lexicologique.

  • 7 Cité par L. Portes et F. Ruyssen, 1886, Traité de la vigne, O. Doin, p. 455.

23Il n’y a de sérieux ici-bas que la culture de la vigne. Voltaire7

24Pour encore mieux cerner toute la portée de l’activité de la viticulture et son impact crucial sur son produit final, il est pertinent de la décomposer en sept parties distinctes, elles-mêmes composées de termes spécifiques. Ne sont mentionnés ici que les plus spécialisés et les plus évocateurs de la richesse de la terminologie vitivinicole, explicités dans le glossaire qui figure en fin d’article, accompagnés de leurs équivalents anglais et espagnols.

  1. la plantation (défonçage, échalas, plantier, sous-solage),

  2. l’entretien du sol (fumure, millerandage),

  3. le végétal (aoûtement, lignification, bourillon, grume, pruine, sarment, vrille, rafle),

  4. le cycle végétatif (débourrement, effeuillaison, défeuillaison, défoliation, nouaison, véraison, pleurs),

  5. la taille (ébourgeonnage, épamprage, cimage, palissage, rognage, défeuillage, effeuillage, recépage, relevage, éventail, palmette, gobelet),

  6. la multiplication (clone, greffon, porte-greffe, sujet, aoûter),

  7. le traitement des maladies (cochylis, botrytis, coulure, phylloxéra, mildiou, oïdium, pyrale).

25Terme ô combien approprié, la « conduite » d’une vigne s’étale sur de nombreuses années. Cruciale parmi les activités précitées, et visant à limiter la croissance naturellement galopante de la vigne, la taille est une opération viticole indispensable qui s’effectue idéalement après les plus fortes gelées, lors du repos végétatif. Elle se décline en une multitude de techniques particulières que recouvrent des termes extrêmement imagés : cordon de Royat, courgées du Jura, gobelet, guyot (simple, double, mixte), lépine, ou encore sylvoz.

Quand la vigne pousse sur un sol quasi-lunaire… (Hauteurs de Collioure, P-O).

Quand la vigne pousse sur un sol quasi-lunaire… (Hauteurs de Collioure, P-O).

Photo D. Michelin 24/05/2014

26Le fruit de la vigne, appelé raisin, peut quant à lui être consommé en tant que fruit frais et se dénomme alors tout simplement « raisin de table » ou « raisins secs » si séché, et peut bien sûr être pressé pour fabriquer du jus de raisin. Ce jus instable nécessite toutefois une stérilisation rapide pour être conservé en tant que jus de fruit, voire une transformation pour devenir du vin par un processus de fermentation alcoolique du raisin frais ou du moût de raisin, appelée en ce cas « vinification » ou, s’il est destiné à devenir du vinaigre, « acétification ». Enfin, la « distillation » (procédé permettant d’obtenir de l’alcool en chauffant un liquide faiblement alcoolisé) du vin donne de l’eau-de-vie. Dans ces trois derniers cas, on emploie des cépages spécifiques de « raisin de cuve ».

27Revenons à la notion de terroir évoquée plus haut, qui n’a pas d’équivalent direct en anglais où le terme français est souvent utilisé pour l’exprimer. L’espagnol, également très riche en terminologie vitivinicole, s’en approche très sensiblement avec les termes terruño, qui signifie à l’origine « pays natal » mais aussi « motte » et traduit très souvent la notion de terroir en viticulture, et pago qui avec un sens original proche s’applique spécifiquement au terrain planté de vignes mais aussi, et c’est éminemment significatif, d’oliviers. Ces deux termes induisent donc une autre nuance en espagnol d’appartenance au sol propre à ces deux cultures.

28Pour synthétiser, on peut résumer les effets et propriétés de chaque élément constitutif de la vitiviniculture ainsi :

  • Le cépage constitue la garantie des caractéristiques de la variété de raisin.

  • Le terroir détermine l’originalité et la spécificité du caractère de la vigne et du vin qu’elle produit.

  • Le climat, si optimal et propice à l’extrême, perfectionne l’ensemble pour donner un vin exceptionnel allant jusqu’au grand millésime.

  • La vinification procède à la véritable genèse du vin avec tous les facteurs qui y sont liés.

29Et si la racine grecque oinos (vin) est réservée aux vocables scientifiques et techniques comme œnologie, œnotourisme, œnophile, œnanthique, œnolisme ou encore œnothèque pour n’en citer qu’une poignée, c’est un vocabulaire majoritairement latin qui forme la base des mots de la vigne et du vin, sans surprise pour une plante et une production d’origine méditerranéenne.

30Pour illustrer cette assertion, il s’avère que l’espagnol en tant que langue latine est extraordinairement riche en termes vitivinicoles et surpasse même parfois le français. L’espagnol dispose ainsi d’un terme spécifique pour quatre acceptions différentes désignées en français par le terme unique de « vigne » : vid pour la vigne en tant que plante (pied de vigne), viña pour la vigne en tant que terrain planté de pieds de vignes (parcelle), viñedo pour la vigne en tant que vignoble ou cru, et vidueño pour une vigne plantée d’un cépage unique. Sans parler de la vecera, pied de vigne produisant en alternance d’une année sur l’autre, ou du viñadero, terme ancien désignant la personne qui surveillait les vignes – de jour comme de nuit – dès que le raisin commençait à mûrir afin d’éviter toute intrusion animale ou humaine nuisible à la récolte. Et plus récemment, le terme vineria, surtout usité en Amérique hispanophone et calqué sur le winery américain, qui désigne l’entreprise ou le domaine vitivinicole à grande échelle, pour lequel n’existe pas – encore ? – d’équivalent français aussi synthétique. Autre terme spécifique à l’espagnol : canopia, qui désigne l’ensemble des travaux réalisés sur la partie « verte » de la vigne, tels que taille, éclaircissage, rognage et autres activités spécifiques à la viticulture.

31Il est intéressant de noter aussi qu’il existe deux termes distincts en espagnol pour la dégustation du vin : cata, où le vin est dégusté en utilisant les sens de façon technique, analytique et objective, et en remplissant une fiche, et degustación, qui n’est pas aussi systématique, moins officiel et laisse place à la perception personnelle. L’espagnol distinguerait donc le plaisir gustatif simple de l’analyse sensorielle technique…

  • 8 La plupart sont des noms propres devenus noms communs ou tirés de termes et toponymes locaux, voire (...)

32Et sinon, devineriez-vous ce que fait l’« ampélographe » ? Ce terme désigne le métier scientifique qui étudie les caractéristiques des différents types de cépages. Et la tâche semble ardue quand on sait qu’il existe aujourd’hui la bagatelle de 5 000 cépages répertoriés dans le monde, qu’ils peuvent être rustiques, productifs, précoces ou tardifs et qu’ils représentent l’équivalent de 40 000 dénominations différentes8 selon les traductions, variantes et adaptations qui leur sont données ! Quant au terme « cépage », il désignait initialement la variété du plant de vigne, et par extension le raisin qu’il produit. Il tire son nom du cep, seul et unique terme simple à désigner le pied de vigne, plus particulièrement le tronc, et qui vient du latin cippus, désignant un pieu enfoncé en terre, mais aussi (sic) une colonne funéraire. Enfin, il est intéressant de noter que très peu de langues – a priori – possèdent un mot spécifique unique (non composé ou créé) pour désigner le « cépage ». C’est le cas du français mais aussi de l’italien avec vitigno.

33Et quid de « vendange » qui désigne à la fois la récolte du raisin, l’ensemble des raisins récoltés, le millésime, et au pluriel la période de récolte du raisin ? En toute logique, puisque son étymologie latine signifie tout simplement « récolte du vin » (vinum demia puis vindemia). Le « vendémiaire » du calendrier républicain correspond d’ailleurs à cette période de récolte du raisin.

34Le « cru » illustre également fort bien la spécificité du vocabulaire français si particulier du domaine, puisqu’il désigne à la fois un vin d’une région ou d’une année en particulier, un terroir ou un vignoble, et ne possède pas non plus d’équivalent direct dans les autres langues.

  • 9 International commercial term : obligation réciproque du vendeur et de l’acheteur dans le cadre d’u (...)

35Et le fameux « chai » (avec ou sans s) ? Si le terme est utilisé à l’origine pour désigner le lieu mythique et souvent historique où sont entreposés et conservés les vins et autres eaux-de-vie dans des tonneaux de différentes sortes, il est aujourd’hui et selon les régions, le lieu destiné à la vinification, à la conservation et/ou l’élevage, et dont l’architecture et la fonction ont considérablement évolué, notamment pour tout ce qui concerne le recyclage de l’eau et des déchets organiques induits. Il est même employé chez certains négociants et exportateurs pour désigner le lieu de départ et de chargement des vins à bord des camions, l’incoterm9 « ex-works » (départ entrepôt) devenant en français « ex-chais ». Et à nouveau, l’équivalent exact est quelque peu difficile à trouver en anglais (storehouse) et en espagnol (bodega), car leurs acceptions respectives ne recouvrent pas exactement le même sens.

Exemples concrets de traduction appliquée

36Après cet intermède terminologique, j’aimerais montrer par quelques exemples choisis les difficultés qu’un traducteur peut rencontrer dans la traduction d’un texte de ce domaine et l’importance de connaître et comprendre les termes spécifiques. Les exemples ci-dessous sont empruntés essentiellement à l’univers de la dégustation.

Extraits d’une présentation sur les vins de Pesquera (Cantabrie) au Museo Nacional de Ciencias Naturales (Madrid, 2010) :

Tres vinos en el mundo confirman que la grandeza se puede edificar sobre una sola uva : Château Pétrus con merlot, Romanée-Conti con pinot noir y Tinto Pesquera con la tempranillo.

Trois vins au monde prouvent que la grandeur peut se bâtir autour d’un seul cépage : le Château Petrus avec le merlot, le Romanée-Conti avec le pinot noir et le Tinto Pesquera avec le tempranillo.

Noter ici l’emploi du terme « cépage » pour « raisin » (uva) et des noms communs dans les deux langues, et l’utilisation ou non de l’article en espagnol.

Poésie et complexité… Pour les hispanophones et hispanophiles :

Es un vino untuoso, de color caoba oscuro, con profundos aromas de pasificación y paladar aterciopelado.

C’est un vin onctueux, à la teinte acajou sombre, dégageant des arômes intenses de raisins secs et au velouté caractéristique.

Ici, la subtilité porte sur le terme « pasificación » qui désigne la technique du « passerillage » (séchage des raisins sur ou hors pied) et renvoie donc au parfum de raisins secs ou fruits confits.

Extrait d’un communiqué de presse :

Sourced from some of the best vineyards in the area, this wine is an exceptional new cuvee blend of Chardonnay, Pinot Noir and Pinot Meunier. Particularly sweetened to taste, with some added reserve wines, the new cuvee delivers an intense and full-bodied style.

Issu du cœur des meilleurs vignobles de la région, ce vin incarne une nouvelle cuvée exceptionnelle composée de chardonnay, de pinot noir et de pinot meunier. Harmonieuse combinaison de douceur accentuée par quelques vins de réserve sélectionnés, cette nouvelle cuvée affiche intensité et plénitude.

Le saviez-vous ?

Le terme chablis, aujourd’hui associé à un vin blanc sec mondialement connu, désignait au ­départ les arbres, branches et bois renversés par le vent ou affaissés par la neige et le temps, jonchant le sol. D’autres toponymes, plus évidents, ont donné leur nom à des vins : bourgogne, meursault, bordeaux, médoc ou encore chardon(n)ay et chablis, devenus aux États-Unis dans l’usage familier des noms communs désignant de simples vins blancs, forts de cette sonorité française exotique…

Le 25 juillet 1971, l’équipage d’Apollo XV donna officiellement à un cratère lunaire le nom de « Cratère Saint-Georges », en hommage à Jules Verne, mais aussi au vin de Bourgogne. En effet, dans son roman Autour de la Lune, une fine bouteille de vin de Nuits retrouvée dans le compartiment des provisions est ouverte et dégustée comme il se doit pour fêter « l’union de la Terre et de son satellite ». Le vin a donc depuis longtemps dépassé les frontières planétaires !

La Côte-d’Or est l’unique département français dont le nom ne provient pas d’un critère géographique stricto sensu. Choisi par Charles-André-Rémy Arnoult, avocat au parlement de Dijon et député de l’Assembée constituante de 1789, ce nom s’inspire de la teinte dorée qui recouvre les vignes de la région à l’automne. Le terme « côte » désigne, lui, le relief de la région où poussent ces vignes, constitué par l’affaissement du plateau sédimentaire qui a créé un talus que les ­géologues désignent sous le terme espagnol de cuesta (« côte » en français). Plus d’un siècle plus tard, ce nom poétique inspira l’écrivain dijonnais Stephen Liégeard qui baptisa une portion du littoral méditerranéen du nom de Côte d’Azur, aujourd’hui définitivement intégré au patrimoine ­terminologique mondial.

Pour traduire le mot « vigne » (précisément « cep à trois sarments ») dans la Bible en estonien, avant que le vin ne soit importé et la vigne connue dans cette région, un mot dut être créé sur la base de concepts culturels existants. La retranscription littérale donna « arbre à vodka » !

Les fûts gigantesques qui remplissaient autrefois les cales des bateaux s’appelaient les tonnes, d’où dérive le plus petit tonneau. Et si l’usage s’en est perdu de nos jours, leur capacité est ­demeurée le paramètre mondial de la marine marchande, avec son incontournable « tonnage ».

Le terme claret en anglais (couleur et vin) provient du « clairet » de la région bordelaise, vin rouge traditionnel peu macéré, léger, à fermentation courte et d’une couleur rouge clair, peu chargé en tannins et très aromatique. Énormément apprécié à l’époque de l’Aquitaine anglaise (1152-1453), notamment par la haute société, le claret était exporté vers l’Angleterre par voie maritime. En raison des actes de piraterie sévissant le long des côtes, les bateaux transportant du vin durent être escortés par la marine anglaise et la légende attribue à ces escortes organisées la véritable naissance d’une force militaire marine, à l’origine – se dit-il – de la Royal Navy.

Le célèbre Louis Pasteur fut un grand contributeur de la vinification moderne. Originaire du Jura, seule région de France où les vins sont voilés en surface, à l’instar de ceux de la région de Jerez en Espagne avec leur célèbre « fleur », il parvint à identifier les micro-organismes qui déclenchent la fermentation du raisin et détermina le rôle de l’oxygène dans la maturation, et son influence sur la couleur du vin, dans son « Étude sur le vin » de 1878.

Qu’évoquent pour vous Argaman, Aranel, Keknyelu et Kekmedoc ? Il ne s’agit pas de nouveaux mousquetaires du xxie siècle mais simplement de quelques-uns des plus originaux parmi les ­innombrables cépages qui existent sur la planète.

Argaman : cépage très foncé, hybride du Carignan et du Sousão portugais, développé à ­l’origine comme cépage d’assemblage pour teinter les vins rouges trop clairs de cette région. Devenu aujourd’hui un cépage reconnu à part entière. Signifie « pourpre » en hébreu.

Aranel : cépage hybride récent et d’origine obscure, né du croisement de Grenache gris et de Saint-Pierre doré (cépage auvergnat quasi-disparu), aujourd’hui cultivé uniquement dans le sud de la France (Maguelone, Hérault) et en Nouvelle-Galles du Sud en Australie, sur de ­minuscules parcelles. Il serait un parent éloigné du célèbre Chardonnay.

Keknyelu : cépage hongrois, aussi rare qu’insolite, dont les grains mûrs ont la peau verte. ­Aujourd’hui confiné à l’ouest de la Hongrie, sur la côte nord du lac Balaton, sur une superficie d’à peine 40 hectares, le keknyelu n’est pas hermaphrodite comme la plupart des cépages, et les spécimens mâle et femelle doivent se côtoyer pour se polliniser.

Kekmedoc : cépage hongrois à la peau noire, qui tire son nom du ton bleuté de ses tiges (« kek » signifiant bleu en hongrois) et de l’ajout de « Médoc », du nom du cépage bordelais [d’origine] dont il provient. Malgré une popularité déclinante, le kekmedoc est un cépage aux nombreuses vertus aromatiques qui produit des vins très rares.

Rkatsiteli : l’un des plus anciens cépages cultivés, originaire de Géorgie, aujourd’hui cultivé en Bulgarie, en Ukraine, en Arménie, en Roumanie et en Moldavie, mais également en Chine (sous le nom de Baiyu) et dans le nord-est des États-Unis où le climat se rapproche de celui de la Géorgie. Il se caractérise par sa résistance aux hivers rudes et par sa polyvalence gustative.

Usakhelauri : ancien cépage rare propre à la Géorgie, région viticole la plus ancienne au monde, quasi-exclusif à la région de Racha-Leckhumi, à l’ouest du pays ; il produit une variété de vin demi-doux primé. « Usakhelauri » peut se traduire par « sans nom », en référence à la qualité exceptionnelle de ses grains qu’aucun mot ne saurait qualifier.

Zlahtina : cépage originaire de la région côtière de Primorska en Croatie, et exclusivement ­cultivé sur l’île magnifique de Krk (berceau de la langue dalmate aujourd’hui disparue, je laisse les spécialistes en confirmer la prononciation). Caractérisé par de gros grains juteux qui en font un excellent raisin de table et produisent des vins blancs légers, pétillants comme tranquilles, aux arômes d’agrumes, de pomme et de poire. Signifie « noble » en slovène.

En guise de conclusion…

  • 10 I heard it through the grapevine est aussi une chanson écrite par Norman Whitfield et Barrett Stron (...)

37Comme on le voit, l’univers de la vigne et du vin – avec toutes ses déclinaisons – couvre un domaine immensément vaste où l’apprentissage – technique comme terminologique – semble infini, et dont l’influence culturelle et linguistique n’est plus à démontrer. Pour preuve, les nombreuses expressions de la langue courante allant du célèbre et intemporel « in vino veritas » des Romains, le français « mettre de l’eau dans son vin », « quand le vin est tiré, il faut le boire », « à bon vin, point d’enseigne », l’espagnol de tal cepa tales sarmiento (tel père, tel fils) ou l’anglais hear it through the grapevine, littéralement « entendre par la vigne », qui serait une version abrégée de hear it through the grapevine telegraph, par analogie, paraît-il, entre les premières lignes télégraphiques installées de façon rudimentaire sur la côte Est des États-Unis et des pieds de vigne palissés10 !

38À l’instar d’autres domaines, la vitiviniculture n’échappe pas à l’essor et au développement récents de technologies avancées appliquées dans la perspective d’une gestion approfondie associant l’amélioration scientifique et technique des pratiques culturales, l’aspect économique (diminution des intrants) et la réduction de l’impact environnemental pour privilégier une qualité de plus en plus sélective et adaptée aux marchés mondiaux. De nouveaux outils technologiques voient le jour et les acteurs du champ terminologique et linguistique doivent aussi s’y adapter, élargissant par là le champ d’action du traducteur.

39Par ailleurs, si l’on considère le niveau d’activité et de concurrence inhérent au marché de la vitiviniculture, ses domaines connexes et l’internationalisme qui le caractérise (l’Organisation internationale de la vigne et du vin compte 46 pays membres, nombre en progression constante), la traduction vitivinicole a de beaux jours devant elle et les traducteurs-interprètes de quoi alimenter leur réflexion au gré des multiples vignobles et au fil des innombrables alignements de pieds de vigne de la planète. Sans oublier toute la poésie et la richesse de la langue du vin propre à sa consommation et à sa dégustation car si, selon l’adage, « le bon vin fait parler latin », il délie aussi bien d’autres langues !

40Ainsi, le traducteur spécialisé doit bien sûr répondre à la complexité de certaines traductions, être attentif aux néologismes, gallicismes, régionalismes et autres faux-amis ou synonymes apparents propres au domaine, mais aussi se constituer sa propre base de données à partir des ressources existantes en y intégrant un maximum de détails pratiques et linguistiques. Enfin, la constitution d’un lexique dans ses langues de travail, régulièrement alimenté et actualisé au gré de ses recherches, expériences et rencontres avec des professionnels du secteur à tous les niveaux, est un outil indispensable et constitue le terroir fertile d’une langue spécialisée qui, telle une certaine liane exubérante à la terminologie invasive toujours à domestiquer, ne demande qu’à prospérer.

Terme

Définition

Anglais

Espagnol

Commentaire

Ampélographie

Science de l’étude de la vigne et des cépages

Ampelography, viticultural science

Ampelografia

Apyrène (adj.)

Se dit d’un cépage produisant des raisins sans pépins

Apirena, seedless

Apirena

Aoûtement

Processus de lignification des jeunes rameaux de la vigne

Lignification, wood hardening

Agostamiento

Baie (ou grain de raisin)

Fruit de la vigne formant avec la rafle la grappe de raisin, recouvert d’une poussière cireuse protectrice appelée pruine

Berry

Baya, grano

Se compose de la pellicule, la pulpe et les pépins

Botrytis cinerea

Champignon microscopigue prospérant sur la pellicule des raisins

Botrytis cinerea

Botrytis cinerea

Parasite à l’origine des maladies communément appelées « pourriture » (noble, grise)

Cep

Pied de vigne

(vine)stock

Cepa

Cépage

Variété de vigne - et de raisin - gui se distingue par ses caractéristiques tant botaniques que viniques

Variety

Variedad, especie

Chai(s)

Entrepôt où l’on stockait les fûts de vin et d’eau-de-vie en vue de leur conservation

(Wine) storehouse

Bodega

Par extension, tout lieu de conservation et de stockage du vin

Cochylis ou conchylis

Papillon lépidoptère dont la chenille dévore les feuilles de vigne et perfore les grains de raisin

Cochylis

Cochylis

Favorise l’installation de pourritures et le dessèchement des grains

Cordon de Royat

Type de taille de la vigne basé sur une seule charpente à deux bras en forme de cordon horizontal

Royat cordon System of pruning

Poda Royat

Exige une attention continue

Coulure

Chute accidentelle (pluie, parasites, maladie) des fleurs non ou mal fécondées et/ou des jeunes fruits lors de la fécondation

Shot berries

Corrimiento (caída de la flor)

Affecte le rendement et l’homogénéité de la maturation

Courson

Portion de bois jeune gue l’on conserve lors de la taille de la vigne

Spur

Pulgar

Cru

Vin d’une région ou d’une année en particulier, d’un terroir ou d’un vignoble

Vineyard, vintage

Viñedo, cosecha

Débourrage / débourrement

Période de l’année où se développent les bourgeons et où apparaît la bourre (duvet et feuilles naissantes)

Bud swelling

Desborre, brote

Margue la fin de la période dite de dormance

Défeuillaison (effeuillaison / effeuillement)

Chute naturelle des feuilles

Leaf fall

Deshoje,

caída de las hojas

Défoliation / défeuillage

Destruction des feuilles au moyen de produits

Défoliation

Defoliación,

deshojado

Ébourgeonnage

Suppression des bourgeons superflus

Disbudding

Desyemado

Échalas

Pieu servant de support au cep de vigne

Stick, stake, cane

Estaca, rodrigón

Effeuillage

Suppression des vieilles feuilles pour favoriser l’ensoleillement des grappes

Leaf removal

Manejo de follaje, aclarado, clareo

Épamprage

Suppression des pampres (rameaux non fructifères), bourgeons et feuilles inutiles (gourmands)

Suckering

Despampano, despampanado

Éventail (taille en)

Taille caractérisée par un cep court et des bras longs s’écartant vers le haut dans toutes les directions

Fan-shaped
(pruning)

Poda en abanico

Impligue une récolte manuelle

Fleur

Voile blanchâtre, plus ou moins ridé, se formant en cuve ou en bouteille à la surface des vins au contact de l’air, généré par les levures

Coating

Flor

Franc de pied (à pied franc)

Cep de vigne non greffé

Ungrafted

Franco de pie / en pie franco

La tendance est au retour progressif de ces plants dans certaines régions

Gobelet (taille)

Taille caractérisée par un cep court et des bras longs disposés sur un plan vertical ou oblique

Open-centred
(pruning)

Poda en vaso (o copa)

Taille simple et permettant une aération optimale

Greffon

Branche ou bourgeon implanté sur une autre plante (porte-greffe) pour réaliser une greffe

Scion, shoot, graft

Injerto

Lignification

Transformation du végétal en bois

Lignification

Lignificación

Le tissu végétal s’imprègne de lignine, constituant essentiel du bois

Mildiou

Maladie fongique affectant notamment les feuilles de la vigne gui se recouvrent d’un duvet blanchâtre

Mildew

Mildiú

Millerandage

Fécondation imparfaite des fleurs gui donneront des baies sans pépin (ou apyrènes) qui restent petites, sont plus sucrées et moins acides

Millerandage

Millerandage, corrimiento

Millésime

Année de la récolte du raisin ayant servi à produire un vin

Vintage

Añada

Moût

Jus de raisin non fermenté composé de jus, de pulpe, de peau, de pépins et de rafles

Must

Mosto

Constitue la matière première de la vinification

Nouaison / nouure

Phase initiale de la formation du fruit après fécondation de la fleur

Fruit set(ting)

Cuajado, fructificación

Œnanthique

Relatif à l’arôme des vins

Oenanthic/enanthic

Enantico

Oïdium

Maladie causée à la vigne

Powdery mildew

Oídio, mildiú polvoroso

Palissage

Maintien de la végétation de la vigne sur un plan vertical à l’aide de tuteurs et/ou de fils

Trellising, vine tying, training

Empalizamiento

Pampre

Rameau ou jeune pousse de vigne de l’année (non lignifiée)

(young) vine branch

Pámpano

Par extension, ornement en forme de rameau de vigne

Passerillage

Technigue vinicole gui s’utilise dans certaines régions viticoles, pour enrichir le raisin en sucre par concentration, par ensoleillement et/ou séchage des grappes sur ou hors souche

Raisining, grape-wilting, withering, dessication

Pasificación

Cette technique (hors souche) permet d’élaborer notamment les vins dits « de paille »

Plantier

Nouveau plant de vigne

New vine(yard)

Nueva viña

Par extension, terrain nouvellement planté de vigne

Pleurs

Écoulements de sève sur des coupes non cicatrisées dus à une taille tardive

Bleeding

Llantos

Porte-greffe

Plant de vigne supportant le greffon

Rootstock

Portainjerto

Pressoir

Dispositif servant à presser le raisin

Winepress / Pressroom

Lagar (double sens également)

Par extension, pièce où se trouve ledit pressoir

Pruíne

Couche cireuse présente sur la pellicule du raisin

Bloom

Pruina

Intègre les levures et moisissures nécessaires à la fermentation et sert également de protection aux agressions bactériennes

Pyrale

Insecte lépidoptère de type papillon dont la chenille s’attaque à la vigne

Codling moth

Piral

Raf(f)le

Ensemble du pédoncule (queue) et des pédicelles (ramifications) soutenant les grains du raisin

Stalk

Raspón

Recépage

Action de couper un végétal près du sol pour favoriser la (re)pousse

Cutting back, coppicing, bottom pruning

Tala a ras de tierra, rebrote

Relevage

Opération consistant à relever les sarments pour les guider à l’intérieur des fils de palissage

Lifting

Elevación

Rognage

Réduction de l’extrémité des rameaux de vigne visant à équilibrer la végétation et le développement du raisin

Cutting

Recorte, cercenadura

Sarment

Branche de vigne de l’année lignifiée gue l’on coupe après les vendanges

Cane

Sarmiento

Souche

Partie du pied de vigne situé entre le greffon et les racines du porte-greffe

Stock

Cepa

C’est à partir de la souche qu’est comptabilisé le rendement à la parcelle (nombre de souches x nombre de grappes x poids moyen d’une grappe divisé par la surface de la parcelle)

Tan(n)in

Substance végétale contenue dans la peau, le pépin et la rafle du raisin

Tannin

Tanino

Sous-solage

Ameublissement profond du sol sans retournement de la terre

Subsoiling

Mullimiento

Véraison

Couleur que prennent les raisins lorsqu’ils arrivent à maturité, et par extension période correspondante

(grape) coloring, ripening

Envero

Vrille

Partie foliaire de la vigne et des plantes grimpantes gui permet de s’agripper à un support

Tendril

Zarcillo

Provient de la même racine gue « vigne » (vitis)

Haut de page

Bibliographie

Johnson Hugh, 2002, Une histoire mondiale du vin, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Hachette.

Argod-Dutard Françoise, Charvet Pascal et Lavaud Sandrine (dir.), 2007, Voyage aux pays du vin, Paris, R. Laffont, Bouquins.

Coutier Martine, 2013, Le dictionnaire de la langue du vin, Paris, CNRS, Biblis.

Collombet François, 2014, Les vignobles mythiques, Paris, Belin.

Vandyke Price Pamela, 1986, Le vrai livre du vin, Tours (France), Princesse.

Bellos David, 2013, Le poisson et le bananier, une histoire fabuleuse de la traduction, Paris, Flammarion.

Galet Pierre, 2000, Dictionnaire encyclopédique des cépages, Paris, Hachette.

Mac Neil Karen, 2001, The Wine Bible, New York (États-Unis), Workman.

Sitographie

http://www.cepdivin.org/actu/parutions/voyage_aux_pays_du_vin.html (consulté le 8/8/14).

http://www.oiv.int/oiv/info/fr (consulté le 10/8/14).

http://www.interfrance.com/fr/vin/wine-terms.html (consulté à diverses reprises entre août et septembre 2014).

http://www.dico-du-vin.com/ (consulté à diverses reprises entre août et septembre 2014).

http://www.linternaute.com/voyage/magazine/dossier/sur-la-route-des-vins-du-monde/un-tour-du-monde-des-vins.shtml (consulté le 28/09/14).

Haut de page

Notes

1 Prisons et Paradis, 1932, Paris, J. Ferenczi & Fils, p. 71.

2 Historiarum Philippicarum, XLIII. Justin est un historien romain du iiie siècle.

3 Type végétal résultant d’une sélection, d’une mutation ou d’une hybridation (naturelle ou provoquée) et cultivé pour ses qualités agricoles.

4 Alcoolique : qui contient de l’alcool ; alcooleux : qui contient de l’alcool en forte concentration, voire en excès, ce qui est perceptible au nez lors de la dégustation.

5 Parfumé.

6 Taillée comme un bonsaï, arbre maintenu nain en pot par une taille régulière.

7 Cité par L. Portes et F. Ruyssen, 1886, Traité de la vigne, O. Doin, p. 455.

8 La plupart sont des noms propres devenus noms communs ou tirés de termes et toponymes locaux, voire ­composés (cf. plus bas une sélection de quelques noms originaux).

9 International commercial term : obligation réciproque du vendeur et de l’acheteur dans le cadre d’un contrat d’achat/vente international.

10 I heard it through the grapevine est aussi une chanson écrite par Norman Whitfield et Barrett Strong pour ­Motown Records en 1966, d’abord enregistrée par Smokey Robinson en 1966, puis par Marvin Gaye en 1967, avant d’être commercialisée par Gladys Knight and the Pips, et véritablement popularisée par M. Gaye en 1968 (album In the Groove).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration de Casal parue dans Le Nouvelliste (Suisse) et réalisée pour le site http://www.sigales.fr/​etudes_sols_terroirs/​contacts_sigales.html
URL http://traduire.revues.org/docannexe/image/657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Quand la vigne pousse sur un sol quasi-lunaire… (Hauteurs de Collioure, P-O).
Crédits Photo D. Michelin 24/05/2014
URL http://traduire.revues.org/docannexe/image/657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominic Michelin, « La langue des vignes. Vitis vinifera, une liane invasive à la terminologie exubérante », Traduire, 231 | 2014, 20-39.

Référence électronique

Dominic Michelin, « La langue des vignes. Vitis vinifera, une liane invasive à la terminologie exubérante », Traduire [En ligne], 231 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://traduire.revues.org/657 ; DOI : 10.4000/traduire.657

Haut de page

Auteur

Dominic Michelin

Dominic Michelin, traducteur indépendant depuis quatre ans, est installé en Côte-d’Or. De formation littéraire et linguistique, il a précédemment travaillé dans le commerce international et la communication multiculturelle. Il a notamment été responsable de la communication et traducteur dans le domaine du transport aérien et de l’aéronautique, de l’action humanitaire et en agronomie, et enseignant en français langue étrangère (Canada, Australie). Diplômé de l’université de Dijon-Bourgogne (Master en Stratégies de communication internationale, 2001), de l’université Paris VII et de l’ISIT (Master en Industrie des langues et Traduction spécialisée, 2010). Lauréat du concours de traduction « On traduit dans l’Estrie » 2012.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org