Navigation – Plan du site
Intraduisible ? Vous voulez rire !

La réinvention calvinienne de l’humour dans Les Fleurs bleues de Raymond Queneau

Irène Kristeva
p. 56-66

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Les stratégies de la traduction « réinventive »
Réinventer l’humour quenaldien
Traduire l’effet ludique : le cas de l’expression corporelle

Aperçu du texte

« Hélas oui, M’sieur, dit Saturin, je travaille de la plume. […] C’est comme qui dirait une traduction. Oui, je traduis le Discours de la Méthode en argot. » (Raymond Queneau, Parerga – notes préparatoires du Chiendent).

En m’appuyant sur cette citation des notes préparatoires du Chiendent, je voudrais, en préambule, poser la question suivante : Pourquoi un écrivain éprouve-t-il le besoin de traduire, c’est-à-dire de réécrire l’œuvre d’un confrère ? Probablement parce que le contact avec le langage de l’autre aiguise sa sensibilité linguistique, révèle des dimensions inattendues de sa propre langue, la rend plus souple et plus ludique, stimule son expressivité figurative. Ce sont peut-être quelques-unes des raisons qui ont poussé Italo Calvino à traduire les Fleurs bleues, deux ans après sa parution en France en 1965. D’autre part, le parcours littéraire de l’un des plus grands protagonistes du panorama culturel italien de l’après-guerre, qui couvre de multiples champs allant du néor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Kristeva, « La réinvention calvinienne de l’humour dans Les Fleurs bleues de Raymond Queneau », Traduire, 232 | 2015, 56-66.

Référence électronique

Irène Kristeva, « La réinvention calvinienne de l’humour dans Les Fleurs bleues de Raymond Queneau », Traduire [En ligne], 232 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://traduire.revues.org/696 ; DOI : 10.4000/traduire.696

Haut de page

Auteur

Irène Kristeva

Irène Kristeva est professeure associée à la Faculté des Lettres classiques et modernes de l’Université de Sofia. Elle y enseigne la Théorie de la traduction et la Littérature française contemporaine. Titulaire d’un doctorat de Sémiologie du Texte et de l’Image, délivré par l’Université de Paris 7, elle est notamment l’auteur de Pascal Quignard : la fascination du fragmentaire (L’Harmattan, 2008), Pour comprendre la traduction (L’Harmattan, 2009) et Les Métamorphoses d’Hermès (en bulgare, Est-Ouest, 2015). Traductrice du français et de l’italien, elle a traduit et supervisé la traduction, entre autres, des œuvres de Leopardi, Pascal, Quignard, Bourdieu, Bobbio, Deleuze, Derrida, Eco, Foucault, Ricœur. Auditrice libre de l’association Espace Analytique.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org