Navigation – Plan du site
Intraduisible ? Vous voulez rire !

Le rire de Samuel Beckett en arabe

Amani Rabeh
p. 86-98

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

1 – Quand on traduit pour un auto-traducteur 
2 – L’humour beckettien dans En attendant Godot et Fin de partie
3 – Traduction arabe de l’humour verbal beckettien
3.1 – Jeux des assonances et répétitions phoniques 
3.2 – Paronomases et calembours 
3.3 – Néologismes, mots-valises et synonymie
3.4 – Expressions familières et maximes détournées 
Conclusion

Aperçu du texte

« Dis-moi de quoi tu ris, je te dirai qui tu es. »

L’humour traduit l’identité ethno-socio-culturelle de la personne et plus largement d’une communauté d’appartenance qui partage cet imaginaire identitaire collectif. Il est difficile dès lors pour un étranger de comprendre la parole humoristique d’un groupe humain s’il ne connait pas les références et les connotations culturelles propres à ce groupe. Le paramètre socio-culturel est particulièrement important pour la traduction de l’humour car le traducteur doit faire face à deux défis : rendre tout d’abord compte de manière univoque du cadre culturel de la langue source à travers et par la langue cible ; ensuite, opérer dans la traduction une rupture entre signifiant et signifié, analogue à celle présente dans le texte source. En d’autres termes, il doit adapter le détournement pragmatique et discursif lié au lexique de la séquence humoristique dans le texte source aux structures lexico-syntaxiques de la langue cible.

En attendant God...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amani Rabeh, « Le rire de Samuel Beckett en arabe », Traduire, 232 | 2015, 86-98.

Référence électronique

Amani Rabeh, « Le rire de Samuel Beckett en arabe », Traduire [En ligne], 232 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traduire.revues.org/700 ; DOI : 10.4000/traduire.700

Haut de page

Auteur

Amani Rabeh

Amani Rabeh, Docteur en Sciences du langage, s’intéresse à la linguistique contrastive et à la traduction arabe-français. À partir de corpus bilingues variés (littéraire, médiatique), ses recherches visent à analyser aussi bien le texte traduit que le processus de traduction. Elle considère le texte en tant que produit de la traduction et les éléments contextuels qui entrent dans l’activité traduisante pour tenter de repérer les stratégies traductives ainsi que les principes et les phénomènes récurrents dans l’activité de traduction. Ses travaux visent par ailleurs également à étudier des particularités linguistiques et stylistiques liées aux langues française et arabe dans un cadre contrastif.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org