Navigation – Plan du site
Intraduisible ? Vous voulez rire !

Rendre l’ironie d’un violoncelle facétieux

Émilie Syssau
p. 106-114

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Aperçu du texte

Mara, roman de l’auteur allemand Wolf Wondratschek (*1943) paru en 2003 chez Carl Hanser Verlag, se présente comme l’autobiographie d’un authentique violoncelle stradivarius, ainsi nommé d’après son premier propriétaire, qui défraya la chronique dans la seconde moitié du xviiie siècle, le violoncelliste Giovanni Mara. L’incipit marque d’emblée le ton :

Ich will Ihnen eine Geschichte erzählen, meine Geschichte, wenn ich das darf, die Geschichte eines Cellos. Denn das bin ich, ein Violoncello. Ich darf mich vorstellen? Mit Vaternamen heiße ich Stradivari. Ich bin 1711 in Italien, in Cremona, in der Werkstatt meines Meisters Antonio Stradivari zur Welt gekommen und – was soll ich machen? – eigentlich seit dem Tag meiner Geburt berühmt. Dafür kann ich nichts. Ich hatte Glück, ich hatte einen Namen und als Spitzname (oder Adelstitel, ganz wie Sie wollen) bald – und bis heute – noch einen. Mara. Die Welt nennt mich Mara. The Mara. Das berühmte, weltberühmte Mara.

Je vais vous raconter une ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Syssau, « Rendre l’ironie d’un violoncelle facétieux », Traduire, 232 | 2015, 106-114.

Référence électronique

Émilie Syssau, « Rendre l’ironie d’un violoncelle facétieux », Traduire [En ligne], 232 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://traduire.revues.org/704 ; DOI : 10.4000/traduire.704

Haut de page

Auteur

Émilie Syssau

Diplômée du Master Industries des langues et traduction spécialisée (Paris 7-Denis Diderot) et du Centre européen de traduction littéraire (ISTI, Bruxelles), Émilie Syssau est traductrice indépendante (de l’allemand, du néerlandais et de l’anglais au français) dans le domaine culturel, les arts du spectacle, et plus particulièrement l’opéra. Elle s’est intéressée à Mara (traduction commentée des trois premiers chapitres) dans le cadre de son mémoire de fin d’études au CETL. Depuis, elle a notamment traduit de l’anglais Pavillon lunaire de Paul Griffiths, recueil de nouvelles paru aux éditions de La Différence.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org