Navigation – Plan du site
Intraduisible ? Vous voulez rire !

Intraduisibles et intraduits, des sciences humaines aux textes littéraires

Claire Placial
p. 115-127

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Une réponse littéraire : de la transposition à la recréation
Traduire ou ne pas traduire ?

Aperçu du texte

La question des intraduisibles est un éternel serpent de mer, sinon de la traduction (puisque tout de même on traduit), du moins de la traductologie. La question que pose le présent article est la suivante : les « intraduits » (j’entends par ce terme un mot ou une expression laissée en langue originale dans la traduction) et les « intraduisibles » sont-ils de même nature dans les textes littéraires et dans les textes de sciences humaines ? S’il est fréquent que les traductions de textes de sciences humaines conservent une partie du lexique de l’œuvre source, on entend souvent que la non-traduction, en traduction littéraire, est un échec du traducteur. Mon propos est de poser quelques limites à cette distinction qui définit le texte, sinon par son entière traductibilité intrinsèque, du moins par l’impératif de tout traduire, à partir d’une étude de cas confrontant des textes traduits en français de l’italien, et faisant une large place aux dialectes, régionalismes ou idiosyncrasies d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Placial, « Intraduisibles et intraduits, des sciences humaines aux textes littéraires », Traduire, 232 | 2015, 115-127.

Référence électronique

Claire Placial, « Intraduisibles et intraduits, des sciences humaines aux textes littéraires », Traduire [En ligne], 232 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traduire.revues.org/706 ; DOI : 10.4000/traduire.706

Haut de page

Auteur

Claire Placial

Claire Placial est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Lorraine. Ses recherches portent principalement sur l’histoire des théories et des pratiques de la traduction, notamment des textes sacrés. Elle s’intéresse par ailleurs à l’histoire des théories linguistiques, particulièrement aux notions d’esprit des langues et de génie des langues. Outre ses activités universitaires, elle traduit des textes littéraires depuis l’allemand (Goethe, Heine) et l’italien.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org