Navigation – Plan du site
Prix Pierre-François Caillé de la traduction

Lauréat 2014 : Jean-Christophe Salaün

Freddie Plassard
p. 130
Référence(s) :

La femme à 1000° (Paris, Presses de la Cité, 2013), traduction de l’islandais de l’ouvrage de Hallgrímur Helgason (Konan við 1000°)

La femme à 1000°, c’est l’histoire inspirée de la réalité d’une femme en fin de vie, échouée dans un garage avec pour tous compagnons un ordinateur portable, une grenade non dégoupillée de la Seconde Guerre mondiale et des renforts de cigarettes. L’anti-héroïne nous prend à témoin de ses dernières avanies et nous livre un retour complet et non moins décousu sur une vie battue par les vents de ses multiples péripéties, entre la dureté de la glace et les éruptions volcaniques de ses relations, depuis la famille de diplomates dont elle est issue aux moments haletants où, plus d’une fois, elle ou ses proches ont frôlé la mort ou y ont succombé.

L’auteur, mis au pain sec d’avoir écrit dans une langue autre que la sienne pendant deux ans, se livre avec une joie débridée à des débordements linguistiques qui font tout le suc d’un roman qualifié d’autobiographie fictive, pour le plus grand bonheur du lecteur, captif ô combien consentant de cette jubilation langagière sur fond de noirceur, d’histoire sanglante et tragique portée par un souffle envoûtant.

À travers ce portrait de femme, mauvaise mère et vieille dame indigne, si souvent malmenée par les événements, les hommes, voire sa progéniture, se dessine aussi le portrait d’un pays : l’Islande, celle des valeurs de la tradition mises à mal par les deux guerres du xxe siècle, et qui aujourd’hui encore, telle l’emblématique grenade, menace à tout moment d’exploser sous l’effet de phénomènes tant naturels que sociétaux. La voix d’Herra nous tient en haleine sur quelque six cents pages. Voix tour à tour rocailleuse, à l’image acoustique de ses poumons rongés par un crabe, brûlante de la lave de sa vie dont elle éructe de chapitre en chapitre, mais aussi cynique, sarcastique, implacablement lucide et pourtant si attachante d’une survivante.

  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org