Navigation – Plan du site
Prix Pierre-François Caillé de la traduction

Jeux de mots glacés : entretien avec Jean-Christophe Salaün

Propos recueillis par Géraldine Chantegrel
Géraldine Chantegrel et Jean-Christophe Salaün
p. 131-137
Référence(s) :

Hallgrímur Helgason, 2011, traduit par Jean-Christophe Salaün, 2013, La Femme à 1000°, Paris, Presses de la Cité.

Jean-Christophe Salaün a évoqué pour nous sa passion pour l’Islande et les différentes stratégies qu’il a adoptées pour transposer les jeux de mots et restituer l’atmosphère de ce roman iconoclaste.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a mené vers l’Islande et l’islandais ?

J’ai découvert la langue islandaise au lycée, en tombant, une nuit d’insomnie, sur un clip du groupe Sigur Rós dont l’atmosphère m’a « parlé ». Adolescent, j’étais très fan du Seigneur des anneaux. Tolkien s’étant en partie inspiré des langues scandinaves pour créer les siennes, les sonorités de l’islandais m’ont semblé familières et leur musicalité m’a plu. Par la suite, j’ai commencé à m’intéresser au pays et j’ai découvert sa culture très particulière.

À l’époque, l’Islande commençait à se faire connaître, mais l’élan de littérature islandaise auquel on assiste depuis quelques années n’avait pas encore commencé et il était très difficile de trouver des livres islandais en librairie.

Après le bac, j’ai décidé de faire une licence d’anglais à l’université de Caen, où j’habitais, tout en suivant des cours d’islandais en auditeur libre, car c’était la seule possibilité d’étudier cette langue dans la région.

Cela ressemblait à une vocation…

Oui, c’était une passion très forte, mais je n’imaginais pas du tout pouvoir en faire un métier.

En licence, j’ai eu la possibilité de partir en Islande avec le programme Erasmus et je suis totalement tombé amoureux de ce pays, où j’ai finalement étudié pendant 6 ans l’islandais puis la traductologie avant de revenir en France avec un master.

À l’issue de vos études, comment envisagiez-vous votre avenir professionnel ?

Je n’avais pas d’idée très précise, même si mes études me dirigeaient naturellement vers la traduction. Entre temps, la littérature islandaise s’était beaucoup développée et je suis devenu ami avec Eric Boury, un traducteur d’islandais qui m’a fortement encouragé dans cette voie, parce qu’il était contraint de refuser du travail. En effet, les traducteurs d’islandais sont très peu nombreux et ils ont du mal à répondre à une demande grandissante depuis quelques années, avec notamment le succès des polars nordiques.

L’histoire dit que vous avez décroché la traduction de La Femme à 1000° grâce à Twitter. Est-ce vrai ?

Cela a été une série de coïncidences. Quand j’ai terminé mon mémoire de master, j’ai appris par une amie, qui était sur Twitter, que quelqu’un recherchait un traducteur d’islandais. En fait, j’ai probablement eu le compte Twitter le plus éphémère de l’histoire, car je me suis inscrit pour entrer en contact avec cette personne et j’ai supprimé mon profil au bout de 10 minutes, après avoir obtenu l’e-mail de Florence Noblet, la directrice des traductions aux Presses de la Cité.

Florence m’a parlé de ce livre, que j’avais vu effectivement dans les librairies islandaises puisque chaque sortie d’Hallgrímur Helgason est un grand succès là-bas. La Femme à 1000° avait donc déjà parcouru un certain chemin et même fait un peu scandale car il s’inspire, bien que très librement, de la vie d’une femme très atypique qui a vraiment existé.

Je connaissais Hallgrímur Helgason pour son livre 101 Reykjavík, traduit en français en 2002 par Eric Boury, justement, pour Actes Sud. D’ailleurs, nous avons pu échanger par la suite car nous avons rencontré beaucoup de difficultés similaires, notamment pour traduire les jeux de mots et restituer l’esprit du livre.

Florence Noblet m’a demandé de faire un essai de traduction, qui lui a plu. J’étais partagé, car j’avais bien conscience que ce n’était pas un livre facile pour une première traduction. Et en même temps, quand un éditeur vous propose un ticket d’entrée dans le milieu de la traduction littéraire avec un roman aussi formidable, il est difficile de laisser passer l’occasion.

La Femme à 1000° regorge de jeux de mots, d’inventions, de déformations et de décalages en tous genres. Ici, un soldat allemand est pris d’un « élan homosecruel de sadisme ». Là, l’héroïne dit d’un culturiste qu’il a un « poids chiche dans le crâne ». Femme aux « sourcils épelés », lapsus comparant la langue des Frisons à une « langue de frisson », haine cordiale entre « belle-merde » et « moches-filles », salut hitlérien devenant « Hi, p’tite mère » aux oreilles de la jeune Herra… Comment avez-vous traité ces créations linguistiques ?

  • 1 Hallgrímur Helgason, 2011, traduit par Jean-Christophe Salaün, 2013, La Femme à 1000°, Paris, Press (...)
  • 2 Page 262.
  • 3 Page 438.

C’est très variable. Parfois, la traduction est venue assez naturellement, sans beaucoup réfléchir. C’est le cas des « moches-filles1 », par exemple, un mot détourné qui semble assez évident. La « langue de frisson2 » était aussi une coïncidence assez heureuse, puisque le jeu de sonorité entre « frison » et « frisson » est le même en islandais et en français. Parfois, le jeu de mots ne repose pas sur le même élément de la phrase : lorsqu’aucune transposition directe n’était possible, j’ai essayé de jouer autour. Je pense notamment au chapitre où l’héroïne rencontre un officier allemand qui semble lui aussi victime du nazisme, et où elle échange un baiser avec lui. Le chapitre portait un titre islandais dérivé du mot hakakross (croix gammée) : « Hakakoss », littéralement « Baiser gammé ». J’ai fait basculer le jeu de mots en insistant sur le côté victime de l’officier allemand plutôt que sur le baiser, et j’ai intitulé le chapitre « Proie gammée3 ». Ainsi, la sonorité était conservée, même si le sens avait légèrement changé.

  • 4 Page 23.

D’autres jeux de mots sont le fruit d’un gros travail, notamment au cours des longues séances de relecture avec Florence Noblet. Par exemple, lorsque l’héroïne se fait passer pour Linda Pétursdóttir, Miss Monde 1988, et dit de Bakari, un Zimbabwéen à qui elle donne des cours d’islandais par Internet : « Il se montre studieux à ses cours d’islandais, engloutit nos substantifs glacés et conjugue nos verbes surgelés sans avoir froid aux yeux4. » Tout ce registre est venu après une séance de brainstorming avec Florence. En islandais, l’auteur utilisait le verbe beygja, qui signifie tantôt « conjuguer », tantôt « tordre », et disait quelque chose comme : « … et conjugue nos verbes surgelés comme un homme fort tord l’acier », en employant bien sûr un seul et même verbe. Là, j’ai dû m’écarter un peu du texte islandais, mais la traduction nous semblait dans l’esprit du livre.

  • 5 Page 457.

Un autre exemple, qui m’a été soufflé par l’auteur lui-même, est celui du surnom d’« Ambassadame5 » donné à Herra lorsqu’elle travaille à Paris, à l’ambassade d’Islande. Sachant que Herra signifie « monsieur » en islandais, à Paris elle est surnommée Sendiherra – littéralement « le monsieur envoyé » – qui veut dire « ambassadeur » en islandais. J’ai longtemps cherché sans parvenir à quoi que ce soit, avant d’aller consulter la version danoise du livre, où le traducteur avait utilisé « Ambassadame ». J’ai demandé à Hallgrímur Helgason si le traducteur danois était d’accord pour que je reprenne son idée, et il m’a répondu qu’il n’y avait aucun problème car l’idée venait en fait de lui.

  • 6 Page 143.

Le salut hitlérien devenant « Hi, p’tite mère6 » est la seule traduction qui s’est imposée à moi. Le texte original est Hæ, litla, ce qui veut dire « Bonjour, petite ». Phonétiquement, l’islandais ressemble vraiment beaucoup à l’allemand Heil Hitler. En français, c’est plus difficile à rendre. J’ai évidemment été contraint de garder le Hi international, le h aspiré n’étant pas employé en français, et le son [ai] se retrouvant dans peu de mots. Pour la suite, j’ai décidé de garder les voyelles, qui selon moi donnent le ton du mot, et le nombre de syllabes, bien sûr, pour le rythme. On obtient une sorte de mélange évocateur de la confusion de l’héroïne – parfois, il faut compter sur l’imagination du lecteur pour combler les éventuelles imperfections. C’est presque une partition musicale que l’on compose de manière très instinctive.

Le rythme et la dynamique sont donc des facteurs essentiels ?

Oui, j’ai relu énormément de phrases à voix haute pour me rendre compte du rythme du texte. D’ailleurs, Hallgrímur Helgason étire parfois le sens pour jouer sur la sonorité. C’est son côté poète, il joue sur le son des mots au point que c’est presque de la musique. Du coup, cela m’a donné beaucoup de liberté pour trouver des équivalents en français, en jouant sur les synonymes, les homonymes, etc.

Au-delà des jeux de mots, toutes les situations étaient-elles compréhensibles pour les lecteurs français ? Avez-vous été contraint de faire des sacrifices ou de procéder à des adaptations ?

L’exemple qui me vient tout de suite à l’esprit est le chapitre 3 du livre, dans lequel l’héroïne explique son nom. C’était très compliqué, car ses nom et prénom constituent un jeu de mots basé sur un contexte culturel. Les Islandais ont tendance à raccourcir tous les prénoms par des diminutifs à deux syllabes. Or Herra, le diminutif du prénom Herbjörg, signifie aussi « monsieur » en islandais, comme nous l’avons vu précédemment. Je ne pouvais pas rebaptiser l’héroïne dans la version française pour justifier un jeu de mots, il a donc fallu l’expliciter. En plus, selon l’usage islandais, son patronyme devrait se terminer par dóttir, qui veut dire « fille ». Or, Herra nous explique que, son grand-père ayant vécu au Danemark, il a dû adapter son propre patronyme pour en faire un nom de famille figé. Voilà pourquoi Herra se retrouve finalement avec un
« patronyme » normalement réservé aux garçons. Vous voyez : même à expliquer, c’est un vrai casse-tête ! Mais il s’agit d’un chapitre très important car il définit l’identité de l’héroïne. Et forcément, ces considérations auront beaucoup moins d’impact sur un lecteur français que sur un lecteur islandais qui en comprend tous les tenants.

Vous avez donc dû ajouter des précisions afin de rendre tous ces éléments culturels compréhensibles pour le lectorat français ?

Parfois, oui. Par exemple, lorsque Herra évoque sa grand-mère, qui s’appelle Verbjörg, j’ai ajouté pour les lecteurs français : « ver comme les cabanes de pêcheur islandaises, björg comme la falaise ». Plus loin elle précise, toujours à propos de son nom : « Je n’eus pas la chance de porter un patronyme féminin, comme chaque femme islandaise en a le droit : le suffixe son – fils de – y fut accolé. » Dans le texte original, elle dit en fait : « j’ai été un fils ». Mais ici, les nécessaires explications sur le suffixe, le sens de son, etc., font que le double sens en islandais ne passe pas en français. Ce jeu de mots était impossible à restituer.

Les autres situations culturelles, notamment en rapport avec la vie politique, ont posé moins de problèmes. Quand c’était vraiment impossible d’insérer une explication sans dénaturer le ton, je l’ai placée en note. Mais la plupart du temps, lorsqu’un nom était mentionné, j’ai préféré glisser entre deux virgules un petit supplément d’information qui permettait de situer la personne. C’est un procédé relativement classique, me semble-t-il.

Le texte est très riche en références culturelles, historiques, géopolitiques, même pour les Islandais. Mon but n’était pas de tout expliquer, simplement de contextualiser ce qui était trop islandais pour que le lecteur fasse lui-même des recherches sur le sujet.

D’une manière générale, s’il s’agissait d’un événement dont on a parlé en France, comme la fameuse « révolution des casseroles » en 2008, ou d’un concept qu’on pouvait retrouver dans les ressources françaises, comme les références aux sagas, j’ai conservé la traduction existante sans explication. Pour les concepts plus obscurs, sans équivalent en France, ou les personnes pas du tout connues, j’ai ajouté une petite information en incise.

Florence Noblet, notamment, m’a aidé à prendre du recul en se plaçant du point de vue du lecteur. Elle a été un bon cobaye, car sa perspective était celle d’une personne qui ne connaît pas l’Islande ni la langue islandaise.

Avez-vous été confronté à l’intraduisible ?

  • 7 Chapitre 19, page 71.
  • 8 Page 260.

Les problèmes concernaient plus des termes isolés que des situations. J’ai le souvenir d’un chapitre7 où Herra demande à son infirmière Lóa d’aller lui acheter une ampoule, qui se dit en islandais ljósapera, littéralement « poire à lumière ». Dans le texte original, elle ajoute que c’est le seul fruit qu’elle s’autorise ces jours-ci : exemple typique d’un mot intraduisible. Par contre, j’en ai profité pour réutiliser l’expression « poire à lumière » dans le chapitre 678, là où l’auteur se référait à une ampoule en employant le terme « fruit de lumière ».

  • 9 Page 122.

Parfois, j’ai aussi compensé en créant d’autres jeux de mots qui me venaient naturellement. Par exemple, le « poids chiche dans le crâne9 » du culturiste est un jeu de mots tout à fait fortuit, qui n’est pas présent dans la version islandaise. Lors de mon premier jet, j’avais écrit « poids chiche » avec le « d » sans le vouloir, et c’est à la relecture que je me suis aperçu de ce que mon inconscient m’avait dicté. Ça m’a fait rire, je me suis dit que ce serait dommage de l’enlever.

C’est un jeu constant d’équilibriste entre le sens et l’esprit du roman. Et l’avantage avec un livre de 600 pages, c’est qu’on passe énormément de temps avec le texte et qu’on peut véritablement entrer dans le roman, dans la peau des personnages et de l’auteur.

Malgré les embûches culturelles et linguistiques, l’humour du texte fonctionne parfaitement en français et on prend un réel plaisir à découvrir chaque nouveau jeu de mots. À quoi cela tient-il, selon vous ?

  • 10 Page 30.

J’ai ressenti un tel plaisir de l’auteur derrière ce texte que la seule solution pour moi, c’était de m’amuser aussi. Hallgrímur avait relu le début de la traduction et était plutôt satisfait. Il avait beaucoup aimé l’« ermîle10 », notamment, pour désigner un ermite qui vit sur son île. Du coup, j’ai pu me permettre de prendre quelques petites libertés, comme le « poids chiche », parce que c’était dans l’esprit.

L’islandais est une langue germanique qui a un fonctionnement totalement différent du français, et je voulais absolument éviter que la traduction soit artificielle. Donc j’ai commencé par un premier jet assez proche de la version originale, et c’est à la relecture que je me suis éloigné davantage du texte, pour au final m’en rapprocher sous un autre angle. L’objectif était de créer l’illusion que le texte avait été écrit en français. Avec un auteur comme Hallgrímur Helgason, dont l’écriture repose à 50 % sur le style, c’était vraiment dommage de sacrifier cet aspect. On a une héroïne qui s’exprime de manière formidable en islandais, il faut absolument qu’on ait la même sensation de liberté et de spontanéité en français.

Quelles ont été vos relations avec l’auteur, Hallgrímur Helgason, au cours de la traduction ?

Je n’ai pas du tout été en contact avec lui lors du premier jet de la traduction. C’est quelqu’un de très érudit et charismatique, très engagé politiquement, et même un personnage un peu sulfureux, à l’image de son héroïne d’ailleurs. Il m’impressionnait et je préférais garder mes distances dans un premier temps. Finalement, c’est lui qui m’a contacté, en français, pour prendre des nouvelles de mon travail. Nous avons eu ensuite des échanges très réguliers, car j’avais énormément de questions à lui poser. Il a relu les 20 à 30 premières pages et m’a très vite accordé sa confiance. Maintenant, nous sommes de bons amis et nous nous voyons chaque fois que nous en avons l’occasion.

Vous avez d’ailleurs traduit un autre de ses livres !

J’ai effectivement traduit Le grand ménage du tueur à gages, qu’il a écrit en anglais cette fois. C’est toujours un plaisir de se lancer dans une traduction d’Hallgrímur Helgason, mais la difficulté avec cet auteur, c’est qu’il change de style à chaque roman – même s’il y a des éléments communs, par exemple son amour du jeu de mots.

Là, l’histoire se passe en Islande du point de vue d’un tueur à gages croate qui a assassiné quelqu’un à New York, avec des jeux de mots qui pouvaient donc s’étaler sur quatre langues, si on ajoute le français. L’un des ressorts comiques de l’histoire, c’est que les noms islandais de villes ou de personnages sont complètement obscurs pour le héros Tomislav, surnommé Toxic. Comme il ne les comprend pas, il les réinterprète à sa façon. Par exemple, il est accueilli en Islande par un couple dont les prénoms sont Guðmundur et Sigríður – lui comprend « Gode-mon-dur » et « Chic-ridule ». J’ai dû réinventer tous ces termes en me basant sur leur prononciation.

Et je viens de terminer la traduction d’un troisième livre d’Hallgrímur Helgason, La grosse colère, qui sortira à la mi-septembre en France.

Vous avez reçu en 2014 le prix Pierre-François Caillé de la traduction. Cette récompense a-t-elle eu des répercussions sur votre travail ?

C’est une belle distinction et j’en suis très heureux. En France, le prix ne m’a pas encore apporté de contrats concrets mais c’est tout récent et les projets de traduction de l’islandais restent encore assez isolés. Par contre, les médias islandais en ont beaucoup parlé et j’ai commencé un projet de dictionnaire en ligne islandais-français en collaboration avec l’université d’Islande. Et puis c’est toujours agréable de voir le travail d’un traducteur reconnu. Nous avons tendance à être dans l’ombre, alors quand on a la chance d’être un peu dans la lumière, on le savoure. Ce prix m’a aussi permis de rencontrer beaucoup de personnes, notamment à la SFT, et de me sentir un peu moins seul dans mon métier.

Quelles sont aujourd’hui vos perspectives ? La traduction de l’islandais est-elle une niche viable ?

C’est difficile à dire. Les traducteurs littéraires dépendent beaucoup des fluctuations et des modes. Il se trouve que le développement de la littérature islandaise en France m’a profité. D’ailleurs, c’est grâce au travail d’autres traducteurs qui ont aidé à sa promotion. Je dois être un des rares traducteurs d’islandais à avoir eu du travail en continu depuis que j’ai commencé, alors que les quelques confrères que j’ai pu rencontrer, comme Eric Boury et Catherine Eyjólfsson, que j’admire tous deux, traduisaient de manière beaucoup plus sporadique au début de leur carrière de traducteurs car peu de livres islandais étaient publiés en français. J’ai vécu une double rencontre : avec la langue islandaise à un moment où sa littérature ne s’est jamais aussi bien portée en France, et avec un éditeur avec qui la collaboration se passe très bien.

À plus long terme, je ne sais pas si la littérature islandaise continuera de fleurir comme ça, s’il y aura plus de traducteurs de l’islandais… Pour l’instant, je prends énormément de plaisir à faire ce que je fais, et c’est le plus important pour moi.

Notes

1 Hallgrímur Helgason, 2011, traduit par Jean-Christophe Salaün, 2013, La Femme à 1000°, Paris, Presses de la Cité, page 301.

2 Page 262.

3 Page 438.

4 Page 23.

5 Page 457.

6 Page 143.

7 Chapitre 19, page 71.

8 Page 260.

9 Page 122.

10 Page 30.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org