Navigation – Plan du site
Cahier « Traduire en équipe »

Le traduire collectif – Propositions théoriques autour d’expériences de traduction collective

Paolo Bellomo et Naomi Nicolas Kaufman
p. 35-48

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Le laboratoire
La dépossession
La norme et la liberté : traduire en justice
Le double bind de l’arrêt

Aperçu du texte

Les lignes qui suivent se proposent de questionner théoriquement le traduire collectif, objet théorique peu, voire pas étudié par la recherche universitaire. Nous le ferons en portant notre attention sur les aspects qui marquent un degré de différence et d’éloignement par rapport à la pratique solitaire. Le traduire collectif sera d’abord interrogé dans sa dimension de laboratoire. L’analyse de cet espace nous permettra, dans un deuxième temps, d’explorer les différentes déclinaisons de la dépossession imposée par un tel processus. Nous poursuivrons en questionnant le sens de justice et de justesse que le fait de traduire collectivement tend à créer, et conclurons par des réflexions sur l’injonction paradoxale (double bind) d’un traduire qui est à la fois multiple et commun.

Les réflexions qui suivent s’appuient et s’inscrivent dans le prolongement d’une série d’entretiens effectués avec les acteurs de dix expériences de traduction collective (voir encadré).

Pensant rassembler sous un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Bellomo et Naomi Nicolas Kaufman, « Le traduire collectif – Propositions théoriques autour d’expériences de traduction collective », Traduire, 233 | 2015, 35-48.

Référence électronique

Paolo Bellomo et Naomi Nicolas Kaufman, « Le traduire collectif – Propositions théoriques autour d’expériences de traduction collective », Traduire [En ligne], 233 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://traduire.revues.org/742 ; DOI : 10.4000/traduire.742

Haut de page

Auteurs

Paolo Bellomo

Paolo Bellomo prépare une thèse en littérature comparée sur l’analyse des concepts et processus de traduction et imitation littéraire aux xixe et xxe siècles dans l’espace franco-italien, sous la direction de Tiphaine Samoyault (Université Paris 3) et Céline Frigau Manning (Université Paris 8). Titulaire d’une Licence en Lettres Modernes – parcours Théâtre de l’Université de Bari et d’un Master Traduction du Livre de l’Université Paris 8, il est depuis 2012 l’un des membres fondateurs du collectif de traduction théâtrale La Langue du bourricot. Il est par ailleurs traducteur et dramaturge auprès de la compagnie Nostos.

Naomi Nicolas Kaufman

Naomi Nicolas Kaufman a fait ses études à l’École Normale Supérieure de Cachan, à l’Université de Chicago et à l’Université Paris Ouest Nanterre. Depuis septembre 2013, elle prépare une thèse en littérature comparée à l’Université Paris 3 sous la direction de Carole Matheron, portant sur la traduction de la poésie yiddish moderniste en France et aux États-Unis. Elle collabore avec la Société européenne des Auteurs, chargée notamment du projet TLHUB, outil numérique et réseau social multilingue dédié à la traduction.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org