Navigation – Plan du site
Hors cahier

Traduire L’Espoir en bengali

Entretien avec Gurupada Chakraborty. Propos recueillis par Freddie Plassard
Gurupada Chakraborty et Freddie Plassard
p. 81-86

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Aperçu du texte

Entretien de Freddie Plassard, traductologue, réalisé le 15 janvier 2016 avec Gurupada Chakraborty, premier directeur adjoint de l’Alliance française de Chittagong (Bangladesh), au sujet de la traduction en bengali de L’espoir d’André Malraux.

Vous avez traduit L’Espoir d’André Malraux en bengali. Le roman est, si j’ai bien compris, sorti à l’automne 2015 au Bangladesh. La première question que je souhaiterais vous poser concerne la langue du Bangladesh : est-ce la même que celle de l’État du Bengale, en Inde ?

Oui, c’est la même langue : le bengali. La langue parlée dans les deux parties du Bengale comporte une différence qui tient à l’intrusion du dialecte au Bangladesh et à une évolution linguistique distincte au Bengale-Occidental. Cette évolution linguistique se manifeste par une petite différence orthographique. On écrit par exemple Ami karchi au Bangladesh et Ami kacchi au Bengale-Occidental – expression qui signifie : « Je suis en train de faire quelque chose ». Au Bangladesh,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gurupada Chakraborty et Freddie Plassard, « Traduire L’Espoir en bengali », Traduire, 234 | 2016, 81-86.

Référence électronique

Gurupada Chakraborty et Freddie Plassard, « Traduire L’Espoir en bengali », Traduire [En ligne], 234 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://traduire.revues.org/814 ; DOI : 10.4000/traduire.814

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org