Navigation – Plan du site
Cahier « Le luxe en traduction »

Des projets enivrants

Manuela Corigliano et Karine Godo
p. 21-26

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

La traduction dans le domaine du luxe présente beaucoup de points en commun avec la traduction généraliste : elle adopte les concepts qui s’appliquent tous domaines confondus, mais porte aussi en elle plusieurs spécificités.

Si, d’un côté, une traduction réussie dans le luxe peut contribuer au succès d’une campagne de communication et avoir des impacts très concrets sur les ventes et les chiffres d’affaires, de l’autre côté ce secteur souffre peut-être plus que d’autres de la mauvaise interprétation du concept de fidélité en traduction. L’idée que, pour être fidèle, une traduction doit ressembler à l’original paraît très répandue chez les interlocuteurs des traducteurs et des agences de traduction qui opèrent dans ce domaine, ou tout du moins dans les entreprises qui n’ont pas de pôle interne de spécialistes. Quand un éditeur confie une traduction littéraire, il attend précisément un texte qui « ne sente pas la traduction », comme on dit ; les non-spécialistes, malheureusement, cher...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuela Corigliano et Karine Godo, « Des projets enivrants », Traduire, 235 | 2016, 21-26.

Référence électronique

Manuela Corigliano et Karine Godo, « Des projets enivrants », Traduire [En ligne], 235 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://traduire.revues.org/836 ; DOI : 10.4000/traduire.836

Haut de page

Auteurs

Manuela Corigliano

Manuela Corigliano est italienne. Elle est diplômée en langues et littératures française et espagnole de l’Université de Milan, et sa thèse de fin d’études a porté sur les phénomènes de variation géographique et sociale dans la traduction cinématographique. Elle vit à Paris depuis 2005. Elle travaille en entreprise où elle s’occupe de la révision des textes et de la correction des traductions de tous les supports de communication interne et externe. Elle travaille aussi comme correctrice, traductrice et interprète freelance dans ses trois langues de travail. Grande passionnée de littérature, elle écrit pour le magazine culturel italien online Grado Zero.

Karine Godo

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org