Navigation – Plan du site
Cahier « Le luxe en traduction »

Traduire le luxe, pas si inaccessible !

Faustine Breda
p. 75-82

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Introduction
À l’ombre des paillettes
Les débuts, pas (toujours) du luxe
Curiosité, doigts de fée (et look parfait ?) exigés
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le luxe : un domaine fascinant dans lequel jamais je n’aurais pensé traduire à l’époque de mes études universitaires. Un phénomène somme toute paradoxal de prime abord. En effet, l’enseignement supérieur implique un certain sérieux et une charge de travail assez conséquente, laissant en principe peu de temps aux loisirs, hormis les périodes de vacances. Pour autant, après les cours, il n’est pas rare d’aller faire du lèche-vitrine et d’arpenter, entre autres, les boutiques de vêtements et les parfumeries dans lesquelles on touche avec les yeux, les mains ou le porte-monnaie, selon ses envies et ses moyens. À ce titre, il serait logique de toucher ce domaine avec l’esprit et la littérature dans le cadre académique. Or, si nous nous sommes certes exercés à la traduction scientifique, juridique, informatique, économique, financière, technique et générale, jamais nous n’avons abordé la thématique du « luxe » lors de travaux dirigés de méthodologie ou de projets de traduction...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faustine Breda, « Traduire le luxe, pas si inaccessible ! », Traduire, 235 | 2016, 75-82.

Référence électronique

Faustine Breda, « Traduire le luxe, pas si inaccessible ! », Traduire [En ligne], 235 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://traduire.revues.org/855 ; DOI : 10.4000/traduire.855

Haut de page

Auteur

Faustine Breda

Dès l’obtention de son Master en Traduction Spécialisée Multilingue à l’Université Lille 3, Faustine Breda commence sa carrière de traductrice dans le bureau de traduction belge où elle avait fait son stage de fin d’études. Cette expérience de plusieurs mois lui permet de développer une première spécialisation dans les domaines suivants : luxe (cosmétiques, coiffure, parfumerie, maquillage, soins esthétiques et mode), marketing/communication et tourisme. De retour en France, elle décide de tenter l’aventure en solo. C’est ainsi que dès janvier 2016, après avoir suivi une formation sur le « métier » d’entrepreneur au sein d’un organisme d’aide à la création d’entreprise, elle lance son activité de traductrice freelance de l’anglais et du néerlandais vers le français, dans un premier temps en couveuse d’entreprise, avant de s’immatriculer comme auto-entrepreneur. À ce jour, elle a entamé une collaboration avec quelques agences de traduction, dont certaines justement sont spécialisées dans le luxe.

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • Revues.org